Des promoteurs rasent l’aérodrome mythique de l’Aéropostale

Des promoteurs rasent l’aérodrome mythique de l’Aéropostale

toulouse-montaudran-latecoere

Honteux, scandaleux… La France ou plutôt ces représentants politiques démontrent encore une fois leur désintérêt total pour l’histoire de notre pays quant il s’agit d’aéronautique. Aujourd’hui pourtant, le légendaire aérodrome de Toulouse-Montaudran, là où a commencé l’épopée de l’Aéropostale, est menacé de disparaître entre les immeubles de cinq étages. Evidemment s’il s’agit de sauver une pauvre petite chapelle sans cachet ou un lavoir du 15ème siècle tout ce qui y de plus commun en France, il y a du monde. Mais pas de responsable public pour préserver un site unique au monde qui fait de Toulouse ce qu’elle est aujourd’hui.

Ce terrain associé à l’une des grandes aventures du XXème siècle et à la légende des Saint-Exupéry, Mermoz et Guillaumet, est désaffecté n’est déjà plus ce qu’il était. Depuis la fin du chantier de dépollution, le site n’est plus surveillé et est devenu la proie des vandales. Mais ceux qui veulent créer là un lieu à la mémoire des pionniers de l’Aéropostale ignoraient jusqu’à récemment que le pire était à venir. Au cours des derniers mois, avec l’expansion immobilière galopante qui caractérise la quatrième ville de France, le site s’est retrouvé bordé sur un côté par onze immeubles de cinq étages, construits par le géant Kaufman and Broad.

Au moins le lieu conservait-il encore à ce moment-là une certaine unité. Après tout, une partie de l’ancienne piste, la petite aérogare, le Château Raynal (qui abritait les bureaux administratifs) et les halles de montage avaient été classés monuments historiques et l’ensemble restait peu ou prou d’un seul tenant. Mais, ces dernières semaines, Kaufman and Broad, qui a acheté le terrain à Air France en 2003, a fait pousser un 12ème immeuble entre la piste et les bâtiments classés. Une quinzaine d’autres devraient achever de rompre la cohésion de l’ensemble et vont définitivement isoler les grandes halles de montage du reste du site. D’autres vont encercler le petit bâtiment des voyageurs qui reçut les premiers voyageurs du ciel. Le projet prévoit aussi de démolir la piste de l’épopée, protégée elle aussi au titre des Monuments Historiques. Selon l’association Toulouse Motaudran Mémoires d’Avenir, qui se charge de la défense du site, une partie de la piste devrait faire place à un jardin. Début août, trois demandes d’annulation des permis de construire étaient en cours d’examen.

Le petit bâtiment des voyageurs qui reçut les premiers voyageurs du ciel
Le petit bâtiment des voyageurs qui reçut les premiers voyageurs du ciel

« Montaudran est sacrifié« , s’émeut Rémi Desalbres, petit-neveu de Pierre-Georges Latécoère, l’industriel qui fit le pari audacieux du service postal aérien après la Première Guerre mondiale. « C’est pourtant un site unique au monde. Sans cela, jamais Toulouse ne serait la capitale de l’aéronautique et de l’aérospatiale« , dit M. Desalbres.

Pour la petite grande histoire, c’est de Montaudran que Latécoère fait décoller fin 1918 à destination de Barcelone un avion militaire converti au fret postal, ouvrant ainsi la première ligne commerciale régulière au monde. La ligne, qui va devenir celle de l’Aéropostale après la vente par Latécoère, mène à Casablanca, Saint-Louis-du-Sénégal, avant d’atteindre le Brésil, puis le Chili, avec le franchissement des Andes. Chaque vol est une entreprise périlleuse, relatée dans son oeuvre par Saint-Exupéry, qui fait ses premières armes chez Latécoère.

Kaufman and Broad, sûr de son bon droit, s’étonne de la réaction des défenseurs de Montaudran. « C’est une situation ubuesque car les associations ont approuvé le plan d’urbanisme, de même que les Bâtiments de France, en 2006« , affirme Jacques Rubio, directeur général de Kaufman and Broad pour le Sud-Ouest. « Les associations n’ont pas été informées de la totalité du projet immobilier », réplique M. Desalbres. « Montaudran, c’est notre Saint-Jacques-de-Compostelle« , insiste le président de l’association Toulouse Montaudran mémoire d’avenir (TMMA), Gérard Hardy. Cet ancien ingénieur chez Dassault et Airbus veut faire inscrire la ligne Montaudran-Santiago du Chili au patrimoine mondial de l’humanité. Il rappelle que, sans la mobilisation des associations dans les années 1980, le Canal du Midi, qui figure aujourd’hui au patrimoine mondial de l’Unesco, aurait été comblé et remplacé par une voie rapide dans le centre de Toulouse. « Des bêtises ont été faites de tous les côtés, mais il n’est pas trop tard pour revenir en arrière« , plaide Gérard Feldzer, directeur du Musée de l’air et de l’espace du Bourget.

Evidemment pour Kauffmann and Broad, impossible de faire machine arrière : les appartements des immeubles en construction ont déjà été vendus. Et alors… On va pas détruire ce site historique pour une centaine d’appartementbon marché. Ironiquement, on peut lire sur le site de vente : « Idéalement situé en lisière de l’hyper centre, le quartier Saint Exupéry Montaudran bénéficie d’une situation privilégiée associant calme et dynamisme. » Ou encore : « Autour de vastes espaces verts et de bâtiments classés Monuments Historiques, la Résidence Saint-Exupéry propose des appartements de 2 à 5 pièces au style contemporain et au confort raffiné. »

Avionslégendaires.net s’engage donc aussi pour sauver ce qui reste du site et pour cela je vous invite (si ce n’est pas déjà fait) à signer la pétition « Sauvons la mémoire de La Ligne et de l’Aéropostale » et à apporter votre soutien à l’association TTMA, www.montaudran.org.

Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.

7 COMMENTAIRES

  1. La municipalité de Toulouse, et notamment son actuel maire Pierre Cohen, ne doit pas laisser faire cela. Par le passé les élus toulousains ont massacrés le patrimoine de la ville. Espérons que le changement de couleur politique de la ville, opéré aux dernières élections, permettra de sauver ce terrain. La qualité de préemption foncière est de la compétence du maire. Gageons que le premier édile de la capitale aéronautique européenne saura s’en souvenir.

    😕 😕 😕

  2. Et oui la vie est ainsi.On apprend à nos enfants que des barbares iconoclastes ont détruit les statues,que des fanatiques ont détruit de précieuses archives,qui nous manquent aujourd’hui,et je ne parle pas que du domaine aéronautique .Les exemples touchent à tous les domaines de la culture.Il est vrai que si ce lieu était une oeuvre d’art les financiers pourraient investir une partie de leurs bénéfices ces derniers n’étant pas imposables sur la fortune…Mais trève de catastrophisme,peut-être qu’en montant une association de défense qui pourrait saisir le ministre de la culture.Je pense à tous ceux qui ont construit notre histoire et qui méritent tout autant d’hommages que ces autres citoyens qui ont construit notre histoire.La France souffre encore trop souvent de cette idée que le passé n’a que peu de valeur pour le présent .Je souhaite effectivement que la nouvelle orientation politique agisse pour que la mémoire soit RESPECTEE.
    Solidairement

  3. Bonjour,

    Contrairement à ce qu’affirme le promoteur, seuls 81 appartements sont aujourd’hui vendus sur les 365 lots de l’immeuble J. Ces petits lots sont exclusivement destinés à la location (opération de défiscalition / résidence d’étudiants).

    Les immeubles G et H, objets de recours devant le Tribunal administratif de Toulouse, ne sont quant-à eux pas encore commercialisés.

    La Fondation Latécoère, TMMA et JD Hemous, petit fils de Didier Daurat, ont en effet été reçus le 31 juillet dernier chez le notaire du promoteur qui a communiqué, avec l’accord du promoteur, les données juridiques et commerciales du programme immobilier de Montaudran. Or les notaires nous confirment que le déplacement du programme immobilier des îlots F, G, H et J est « juridiquement possible ».

    Il faut par ailleurs noter que la question des dessertes de ces îlots reste entière pour le promoteur, puisque le projet d’aménagement initial n’a pas reçu à ce jour toutes les autorisations administratives nécessaires.

    Madame Latécoère, Présidente de la Fondation Latécoère, TMMA et les descendants des pionniers, souhaitent aboutir à la préservation totale du site historique, et demandent au Maire de Toulouse de tout mettre en oeuvre pour transferer les immeubles concernés sur une parcelle voisine détenue par la Ville de Toulouse.

    Cette solution ré-ouvrira toutes les opportunités pour réaliser sur ce site un très grand projet pour Toulouse et notre pays. Elle redonnera notamment à la Ligne Toulouse-Santiago du Chili, toutes ses chances pour un classement au Patrimoine mondial de l’Humanité (UNESCO), candidature soutenue à l’unanimité par la Fédération aéronautique internationale.

    Je reste à votre disposition pour tout complément d’information,

    Rémi DESALBRES

  4. bonjour,
    ayant réservé un appartement dans l’ilôt G, j’apprends par hasard aujourd’hui toutes ces actions concernant ce programme immobilier.
    Savez-vous quand le tribunal administratif rendra sa décision?

    merci par avance

  5. Bonjour,
    j’ai réservé un appartement dnas l’ilot H, comme coudreau j’ai appris il y a peu toutes ces actions contre le programme?
    Ma question est la même que la sienne.
    Merci d’avance.
    P.S: Je vais aller voir votre lien.

Laisser un commentaire