Le Liban achète six A-29 Super Tucano pour lutter contre les djihadistes

Le Liban achète six A-29 Super Tucano pour lutter contre les djihadistes

C’est un nouveau coup de maître pour l’avionneur brésilien Embraer. Le Liban vient d’annoncer avoir commander six monoturbopropulseurs de reconnaissance et d’attaque légère A-29 Super Tucano destinés à la lutte contre les groupes terroristes armés présents dans au Proche-Orient. Il faut dire que l’autoproclamé État Islamique tente d’étendre son influence jusqu’au Liban.

Il faut dire que l’état réel de l’aviation libanaise est plus que déconcertant. Hormis trois avions légers Cessna AC-208 Caravan de reconnaissance et d’appui aérien, et sept hélicoptères Aérospatiale SA-342 Gazelle d’attaque et de lutte antichar, la capacité offensive du pays se résume à trois chasseurs monoréacteurs Hawker Hunter F Mk-70 hors d’âge. Les Embraer A-29 Super Tucano devraient d’ailleurs permettre de les remplacer dès 2019.

Si l’achat de ces six avions est totalement financé par l’Arabie-Saoudite ce sont les États-Unis qui se chargeront de l’armement des avions, et notamment des bombes à guidage laser SMKB de conception brésilienne ou encore les célèbres GBU-49 de fabrication américaine. Bien entendu les Embraer A-29 peuvent aussi tirer des armes plus rudimentaires telles des bombes lisses, des roquettes en paniers, ou encore des armes à sous-munitions. En sus l’avion brésilien est armé de deux mitrailleuses de calibre 12.7mm, une dans chaque aile, un peu à la manière des chasseurs et avions d’attaque légère de la Seconde Guerre mondiale.
Les futurs pilotes de A-29 devront également se rendre sur une base américaine pour apprendre à piloter leurs Super Tucano.

Une fois encore l’avion de combat à bas coût brésilien démontre qu’il est aujourd’hui une arme essentielle pour les forces aériennes n’ayant pas les moyens d’investir dans de coûteux avions de combats.

Photo © Força Aérea Brasileira.

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

13 COMMENTAIRES

  1. Les armes les plus plus sophistiquées ne sont pas nécessairement les plus efficaces. Il sera confronté à la DCA légère: les mitrailleuses lourdes de type de 12.7 mm & les canons de 20 mm et d’autre part missiles de type SA-7 « Grail ». Il devra être muni de nombreux flares. Dans de telles conditions de combat, un aéronef à voilure fixe offre de plus grandes chances de survie qu’un hélicoptère et il est moins dispendieux. C’est donc à mon avis un judicieux choix!

  2. Un pays de plus ! Il devient un best-seller, on va finir par en acheter… 😉 !
    Pour larguer une GBU sur une Toyota, c’est quand moins cher que du F-15E, Typhoon ou Rafale !
    Surtout lorsqu’il n’y a pas besoin de beaucoup de distance à parcourir.

  3. Le Liban n’a pas besoin de beaucoup d’avions de combat car c’est un tout petit pays, donc ça ne sert à rien qu’il de bons avions (Rafale, F-22 Raptor …) qui sont à des prix exorbitants !!

  4. Il est indiqué qu’il remplaceront les Hunter (qui ne vole plus ou quasiment) en 2019. 3 à 4 ans d’attente, cela me semble lent pour une avion  »simple » comme celui ci. Y a t’il une erreur de date ?

    • Y a aucune erreur, simplement les rythmes de livraisons des Embraer A-29 sont finalement assez lents et ces avions ne seront donc pleinement opérationnels que début 2019. Alors, et seulement alors, les Libanais pourront se défaire de leurs antédiluviens chasseurs britanniques.

Laisser un commentaire