Un Rafale largue contre Daech une arme à faibles dommages collatéraux

Un Rafale largue contre Daech une arme à faibles dommages collatéraux

C’est un pas de plus dans la très grande polyvalence du chasseur biréacteur français. Un Rafale de l’Armée de l’Air a tiré ces derniers jours une bombe BLU-126, une munition d’origine américaine étudié spécialement pour produire le moins de dommages collatéraux. Il ne s’agissait nullement d’un tir d’essais mais bien d’une mission opérationnelle des Dassault Rafale français au-dessus de l’Irak dans la pourchasse des terroristes du groupe pseudo-religieux Daech.

Disons-le clairement les munitions du type de la BLU-126 ne sont pas les moins onéreuses des armes de précision tirées par des avions de combat. Mais elles ont le très gros avantage, notamment en zone urbaine et péri-urbaine, de ne détruire principalement que la cible en évitant de causer une explosion trop intense autour et donc de risquer de causer des blessures ou de tuer des tiers. Les BLU-126 sont particulièrement adaptées à la destruction des colonnes de véhicules (tels les fameux pick-up Toyota) ou des blindés les plus lourdement protégés.

Au départ la BLU-126 est une munition dérivée de la célèbre bombe lisse Mk-82 et ses 227 kilos d’explosifs. Cette dernière est notamment à l’origine de deux des bombes de précision les plus utilisés des vingt dernières années : la GBU-12 à guidage laser et la GBU-38, mieux connue comme JDAM. En fait sur la BLU-126 (aussi appelée LCDB pour Low Collateral Damage Bomb dans la nomenclature américaine) la charge de combat a été allégée par rapport à la Mk-82, permettant ainsi de concentrer le pouvoir explosif uniquement sur la cible.

Il semble que dans l’Armée de l’Air cette arme soit couplée avec le système de guidage des A2SM, l’une des principales munitions en dotation dans les unités de Rafale.

Photo © Armée de l’Air

 

 

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

14 COMMENTAIRES

  1. Super, c’est comme la si bien dit « tonton » poutine, contre les vrais terroristes nous utilisons des grosses bombes, et contre les terroristes « modérés » des bombes plus modérées…….. Une bombe reste une bombe, c’est la guerre, il y a et il y aura, malheureusement des dommages collatéraux……

  2. Le Rafale marin a déjà utilisé des AASM donc il peut utiliser aussi cette version d’AASM
    Le Rafale a déjà largué un autre type de bombe à faible dommages collatéraux, des bombes inertes, c’était des bombes inertes contre des chars

      • Mais ça n’enlève rien à l’intérêt de votre article. Nos avions disposent désormais de bombes avec différentes puissances. Une bombe inerte requiert un coup au but parfait, un BLU-126 tolère un impact moins précis sans être dévastatrice comme une Mark-82 d’origine

      • Vivent les Belges ! Mais dommage d’illustrer un article sur l’aviation française par un 2000 B qatari !
        En augmentant l’altitude de largage par la suite les bombes arrivaient en supersonique, donc inaudibles…

  3. Avec le nouveau système Radius, les engins de chez MBDA pourront être calibrés afin d’obtenir l’effet souhaité.
    Comme chez le boucher ou le maraîcher, on pourra en laisser un petit peu plus . . . ou pas.

  4. Bonjour, des nouvelles sur les futures développement de l’AASM, notamment sa version 125 kg qui était prévu pour ça ? Et de la roquette autoguidé là aussi pour frapper les 4×4 ? Merci

Laisser un commentaire