La situation est suffisamment grave pour que le chef d’état-major de l’US Marines Corps sorte du silence. Le général David H. Berger a officiellement annoncé que son arme était en pénurie de pilotes de chasse, mettant en péril ses activités aériennes. Et cela est encore plus prégnant au sein de la flotte d’AV-8B Harrier II et de F-35B Lightning II. Au point même que désormais c’est la présence de ses aéronefs sur les porte-avions et porte-aéronefs de l’US Navy qui est remise en question.

Et comme à son habitude le patron du corps des Marines ne mâche pas ses mots, allant jusqu’à envisager que son arme repousse de plusieurs années l’acquisition des Lockheed-Martin F-35C Lightning II. Ce qui à coup sûr reporterait d’autant le retrait du service des McDonnell-Douglas F/A-18C/D Hornet qu’ils doivent remplacer. Pour mémoire ce sont 67 exemplaires de cette version destinée aux porte-avions américains que l’US Marines Corps doit acheter.

Pour autant deux modèles d’avions sont réellement la cause de ces problèmes : le McDonnell-Douglas AV-8B Harrier II et son successeur désigné le Lockheed-Martin F-35B Lightning II. Ces deux avions ont en commun d’atterrir à la vertical tout en décollant de la même manière pour le premier et de façon très très courte pour le second.
Les concernant le problème est simple : il n’y a plus assez de futurs pilotes volontaires pour apprendre à voler dessus, tant leur pilotage s’avère compliqué.

Il semble aussi que la formation même des pilotes du corps des Marines n’attire plus les jeunes Américains. Si les unités de fantassins de l’arme n’ont aucun problème pour recruter il en est tout autrement lorsqu’il s’agit de s’installer dans le cockpit d’un avion de combat.
Les candidats potentiels préfèrent désormais s’orienter vers l’US Air Force et l’US Navy. Les problèmes liés au développement du Lightning II n’y sont donc pour rien puisque ces deux armes aussi en possèdent, même si la seconde ne les alignent pas encore en configuration de combat.

Selon la presse américaine le corps des Marines accuserait aujourd’hui un déficit d’environ 27% de pilotes de chasse, tandis que les effectifs vieillissent. Donc le recrutement doit s’adapter, notamment aux jeunes générations. On ne recrute plus des jeunes en 2020 comme on le faisait dans les années 1960 ou même les années 1990.
Il en va de la survie de la branche aérienne de cette prestigieuse force américaine.

Photos © US Navy

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Salut Arnaud,
    D’après ce que je sais , un pilote des Marines est avant tout un Marine … ce qui veut dire qu’en plus de sa formation d’officier et de pilote , il reçoit une longue et difficile (pénible) formation de fantassin que les deux autres armes n’impose pas (pas a ce point tout du moins). Pas étonnant que des profils de plus en plus scientifiques, et de plus passionnés d’aviation ( donc plus rares), aillent “au plus simple”, c’est à dire la Navy ou l’ Air Force (le plus simple étant déjà extrêmement dur à atteindre).

    Merci pour tes articles!!!!

  2. Le manque de pilotes est un problème récurrent de nombreux pays dont notre armée de l’air. D’ailleurs cette dernière à relevé en 2019 l’age d’admission. C’est aujourd’hui 27 ans contre 22 en 1994 !

  3. Haaaa, pourquoi j’ai pas 20 ans!!! Je me serai volontiers sacrifié pour résoudre leur manque de pilote dans l’aéronavale en plus. Mais nom d’une pipe, ils n’ont pas vu top gun les jeunes ???

    • Les salaires sont bien plus attrayants dans le privée que dans l’armée. Pour certains l’argent fait tomber la balance plutôt du côté de l’autobus que de la Formule 1.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom