Deux B-52H Stratofortress ont-ils violé l’espace aérien chinois ?

Deux B-52H Stratofortress ont-ils violé l’espace aérien chinois ?

Il y a comme un mauvais parfum de retour aux plus sombres heures de la guerre froide dans le Pacifique. Et de ce fait une affaire dont ni Washington-DC ni Pékin n’avaient vraiment besoin. Les autorités chinoises accusent l’US Air Force d’avoir intentionnellement violé leur espace aérien souverain à l’aide de deux bombardiers stratégique le jeudi 10 décembre 2015. Les avions en question ne sont rien de moins que des octoréacteurs Boeing B-52H Stratofortress.

Officiellement les deux énormes avions d’arme réalisaient un vol de transit (transpondeur allumé) entre l’archipel d’Hawaï et une base aérienne américaine au Japon, quand pour une raison encore inconnue l’un d’entre eux a modifié sa route de quelques degrés seulement. Il s’est retrouvé à survoler les îles Spratleys, cet archipel appartenant sur le papier au pouvoir vietnamien mais ouvertement revendiqué par la Chine qui n’a d’ailleurs pas hésité à les annexer depuis plusieurs années. Les autorités chinoises y ont d’ailleurs installé des infrastructures diverses dont des terrains d’aviations et des cantonnements militaires.

Il semblerait que quatre chasseurs Shenyang J-11 aient pris les airs pour intercepter les intrus et les reconduire dans l’espace aérien. Néanmoins cette information n’est officiellement reconnue ni par les Américains ni par les Chinois.

Les deux bombardiers stratégiques américains ont pu tranquillement reprendre leur vol, le second avion ayant rejoint son équipier après correction de sa trajectoire.
Les cris d’orfraie poussés par Pékin sont largement compréhensibles, même si la souveraineté chinoise sur l’archipel des Spratleys n’est pas clairement définie. Il faut donc relativiser cette violation d’espace aérien, tout comme les accusations portées par une partie de la presse chinoise, arguant que les deux B-52H espionnaient les installations militaires chinoises de la région.
Primo les Stratofortress ne réalisent plus de missions d’espionnages aéroporté depuis le retrait des derniers RB-52C en 1969, et secundo si vraiment l’US Air Force avait dût avoir recours à une reconnaissance aérienne elle l’aurait sûrement fait à l’aide de drones nettement plus adaptés et beaucoup moins repérables.

Alors nous ne saurons sûrement pas de si tôt ce qui s’est réellement passé au-dessus des îles Spratleys ce jeudi 10 décembre 2015, tout au plus on peut se dire qu’il s’agit d’un écueil supplémentaire dans les difficiles relations sino-américaines dans la région.

Photo © US Air Force.

10 COMMENTAIRES

  1. Faut être gonflé quand meme pour se plaindre d’un survol illégal d’une ile qui ne leur appartient pas.

    De plus, il est clair qu’avec les Drones et les satellites c’est plus adapter pour espionner. Ce serait idiot de la part des américains de faire ça avec un si gros avion, pas discrêt pour un sous et qui n’est pas équipé pour l’espionnage.

  2. a mon avis c est plus pour tester la réaction de la permanence aérienne du pays en question
    c est exactement la même chose que ce que les russes font ( et qui est régulièrement l objet d articles sur ce site)
    maintenant selon le coté ou l on se trouve le méchant change de drapeau
    c est un autre son de cloche en Russie quand c est des avions russes qui sont accusé de s etre egaré volontairement et c est forcement l autre qui est de mauvaise foi ou qui joue un jeu dangereux etc
    mais bel article quand meme

  3. Je suis tout à fait d’accord avec le précédent message, les Russes testent l’ OTAN, les Américains testent les Chinois, On se teste mutuellement… et dans ces tests les méchants c’est toujours les autres…..

  4. Et si c’était tout simplement une diversion, j’affole tout le monde avec mon gros navion, et pendant ce temps mes petits drones et autres moyens sont tranquilles…….
    Bon réveillon à tous.

  5. C est bien jolie, de s approprier ces îlots, pour la protection des ses couloirs d’importation mais si les Chinois ne sont pas capable de les défendre contre deux b-52, je ne vois pas trop l intérêt d’y faire construir une base.

    En tout, c est le seul message que je vois dans cette opération.

    • Je ne pense pas que les Chinois soient incapables de se défendre contre 2 B-52, ils ont les moyens d’en « traiter » 10 fois plus. Ils ne peuvent pas réagir comme si ces avions survolaient Shanghai ou Pékin, ils savent très bien que leur revendication sur ces îlots n’est pas reconnue par la communauté internationale.
      L’intérêt de posséder ces îlots? Apparemment, il y a des gisements de pétrole sous ces eaux et surtout le contrôle des routes maritimes vers le Japon et la Chine

      • Bien sûr qu ils peuvent se défendre contre une flotte de b-52, mais pour le coup ils n ont même pas pu les intercepter. La Chine est une future superpuissance mondiale avec des capacités de projection ( exemple récent de l exercice naval avec la Russie en Méditerranée iil y a quelques mois).

        Personnellement je n ai rien contre l appropriation de ces îlots. Les chapelets d îlots que l on trouve dans cette région sont revendiqué par par tout les pays de la région. On parle d îlots inhabitables car sans eau potable que l on doit ravitailler régulièrement si l on veut tenir la position.
        L intérêt pour la Chine est de maintenir une force de défense afin de protéger ses importions vitale ( carburant ciment sable composants informatiques) qui passent dans la région. Si l on veut pouvoir continuer profiter de nos iPhones en 2016 et par la suite, il serait mieux pour nous aussi qu elle puisse protéger cette région.

        Dans cette opération étasunienne, je ne voit qu un « pied de nez »fait à la Chine:

         » regarder nos vieux sexagénaire passer au dessus de votre base »

Laisser un commentaire