Verra-t-on un jour des T-50 Golden Eagle frappés de l’étoile américaine ?

Verra-t-on un jour des T-50 Golden Eagle frappés de l’étoile américaine ?

On peut raisonnablement se poser la question aux vues des dernières déclarations des responsables de Lockheed-Martin. L’avionneur de Bethesda a annoncé qu’il présenterait le jet d’entraînement avancé sud-coréen dans le cadre du programme T-X lancé par l’US Air Force afin de trouver un successeur aux vénérables Northrop T-38 encore en service. Il faut dire que le T-50 Golden Eagle a été conçu par KAI avec l’aide de Lockheed-Martin.

C’est donc aussi un signe d’abandon de la part de ce dernier qui renonce à concevoir son propre avion d’entraînement avancé. Définitivement ce programme T-X aura eu raison de la patience et de la détermination de plus d’un fournisseur de la défense américaine. La question qui se pose aujourd’hui, c’est qui pourrait bien venir contester au Lockheed-Martin T-50A Golden Eagle la succession du Northrop T-38 Talon ?

Certes le Textron Scorpion est sexy et fun, mais force est de constater qu’il n’a pas grand chose pour séduire les généraux et décideurs américains. C’est plus un avion tourné vers l’export et les marchés émergents. Reste alors les deux challengers européens que sont l’Alenia M346 Master italien et le BAe Systems Hawk britannique . Mais là encore ils ne sont pas dénués de défauts majeurs vis à vis de l’avion américano-coréen. Bien que proposés en collaboration avec des avionneurs américaines (respectivement General Dynamics et Boeing), ils ont été 100% conçu hors des États-Unis. Par ailleurs si le Hawk est un avion d’ancienne génération, le Master pourrait alors se targuer d’être bien plus récent. Mais il a lui aussi une grosse casserole qui lui colle à la peau : il est le pendant transalpin d’un programme commun avec la Russie qui a donné naissance au Yakovlev Yak-130, le futur jet d’entraînement de l’aviation russe. La probabilité que les deux pays forment leurs futurs pilotes de combat sur deux avions aussi proches est quasi nulle. Il faut savoir que le premier vol du Golden Eagle américanisé est attendu pour la fin de l’année, ce qui pourrait là aussi accélérer le programme T-X.

Du coup le Lockheed-Martin T-50A apparaît désormais clairement comme le futur chouchou de l’US Air Force. D’autant qu’avec ses réelles capacités supersoniques il pourrait parfaitement prendre le relais des Northrop T-38 dont il se paye même le luxe d’être plus rapide en vitesse maximale. D’ailleurs ce n’est pas anodin si au sein même de la Republic Of Korea Air Force le Golden Eagle a remplacé le Talon.

Illustration © Lockheed-Martin.

Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.

3 COMMENTAIRES

  1. Exception faite du Boeing/Bell V-22 Osprey et des drones qui peut me nommer un aéronef américain de conception récente qui a connu un certain succès ou un succès certain? Il me semble que ceux-ci ont perdu le doigté(savoir-faire) pour concevoir de nouveaux appareils tant civils que militaires…

    • Le Beechcraft T-6A Texan, même s’il est d’origine suisse, est une bonne transformation de l’industrie américaine. Le Growler aussi, bien entendu.

Laisser un commentaire