Blackburn B-26 Botha

Blackburn B-26 Botha


Fiche descriptive

Appareil : Blackburn B-26 Botha
Constructeur : Blackburn & General Aircraft Ltd.
Désignation : B-26
Nom / Surnom : Botha
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1939
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier-torpilleur, Reconnaissance

Histoire

Blackburn B-26 Botha :
un cran en dessous du Beaufort

L’Air Ministry émit un cahier de charge, en septembre 1935, concernant un bombardier torpilleur de reconnaissance bimoteur destiné à remplacer le Vickers Vildebeest et devant être motorisé par le Bristol Perseus de 850 ch. Deux projets vont être retenu : le Bristol Beaufort et le Blackburn Botha. Le premier avion vola en décembre 1938, et le premier appareil de série, le Botha Mk.I, vola en juillet 1939. Deux premiers contrats sont signé en décembre 1938 portant sur 486 exemplaires. La seule unité opérationnelle, le Squadron 608 réalisa sa première mission sur Botha, en août 1940

Cet appareil fut handicapé dès le départ par le choix du propulseur, car à l’origine le cahier des charges spécifiait 3 hommes mais le ministère changea d’avis et demanda un quatrième homme. Le moteur de 850 ch devint insuffisant et aucune possibilité de changement de propulseur ne fut envisageable. Le Botha était motorisé par le Perseus XA et possèdait une aile haute. Son équipage se composait de 4 hommes. Aux premiers essais, le Botha souffrit d’un léger problème de stabilité mais il fut réglé en agrandissant la surface de la dérive. A par le problème de sous motorisation, c’était un avion sain et bien dessiné, mais qui resta lent.

Le Botha s’acquitta de ses tâches sans démérité, volant dès qu’il le put. Mais dans le même temps, le Beaufort était aussi rentré en service et se révèla bien meilleur. Ce fait associé à l’arrivé massif du Hudson, le Botha fut condamné comme avion de combat.

Le Squadron 608 effectua ses 2 dernières missions de guerre, le 6 novembre1940. Au total 300 sorties furent réalisées, soit 2000 heures de patrouilles pour la perte de seulement 2 avions. Retiré de la première ligne, il reprit un deuxième souffle comme avion d’entraînement et trouva sa place dans une vingtaine d’écoles. La première d’entre-elles fut la n°3 school of general reconnaissance qui entraînait les équipage du Coastal Command et du Bomber Command. Au sein des écoles formant les mitrailleurs, les bombardiers, les radios et les navigateurs, on trouva souvent le Botha. Mais rarement dans les écoles spécialisé le pilotage.

En août 1943, le Botha fut déclaré obsolète et seul 112 avions restèrent sur les listes de la RAF. Seule la n°11 radio school l’utilisa encore et elle s’en sépares en septembre 1944 et les derniers furent ferraillés. Au total, la RAF reçut 580 Botha.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Blackburn B-26 Botha Mk.I
Envergure : 17.98 m
Longueur : 15.56 m
Hauteur : 4.46 m
Motorisation : 2 moteurs Bristol Perseus XA
Puissance totale : 2 x 930 ch.
Armement : 3 mitraileuses de 7.7mm
1 torpille ou 907 kg de bombes
Charge utile : -
Poids en charge : 8376 kg
Vitesse max. : 401 km/h
Plafond pratique : 5335 m
Distance max. : 2044 Km
Equipage : 4
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Blackburn B-26 Botha

Profil Couleur

Profil couleur du Blackburn B-26 Botha

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
En 1934, l'US Army Air Corps émit un cahier des charges concernant un avion d'attaque de nouvelle génération disposant d'un rayon d'action accru par...

0
Le Junkers Ju-88 fut sans doute l'un des appareils allemands les plus efficaces de la seconde guerre mondiale. Le Junkers Ju-88 se révéla comme...

0
L'US Navy construisit de nouveaux porte-avions plus modernes, comme le Ranger lancé en 1934. Elle chercha donc à faire entrer en service des avions...
Passionné d'aéronautique et formateur en Web et PAO, il est le fondateur, en 1999, de l'encyclopédie de l'aviation militaire www.avionslegendaires.net. Administrateur et rédacteur en chef du blog, il vous fait partager ses avis et coups de coeur (ou de gueule) sur l'actualité aéronautique.