Douglas B-23 Dragon

Douglas B-23 Dragon


Fiche descriptive

Appareil : Douglas B-23 Dragon
Constructeur : Douglas Aircraft Company
Désignation : B-23
Nom / Surnom : Dragon
Code allié / OTAN :
Variante : UC-67
Mise en service : 1940
Pays d'origine : Etats-Unis
Catégorie : Bombardiers avant 1950
Rôle et missions : Bombardier moyen rapide

Histoire

Douglas B-23 Dragon :
le bombardier de servitude

En 1938, Douglas décida de concevoir un nouveau bombardier moyen rapide destiné à l’US Army Air Corps. Bien que ce dernier n’avait émit de cahier des charges, il accepta la proposition de l’avionneur. Et ce malgré le semi échec du récent B-18 Bolo.

Afin de diminuer au maximum les coûts de fabrication, les ingénieurs décidèrent de reprendre certains éléments de l’ancien appareil comme par exemple une bonne partie du fuselage, le train d’atterrissage, et certaines mitrailleuses déjà utilisées sur le Bolo. Devant ce projet encourageant, car notamment assez économique, l’état major américain passa commande pour deux prototypes désignés XB-23 Dragon.

Le Dragon se présentait sous la forme d’un monoplan à aile basse cantilever bimoteur à cinq places. De construction mixte en bois entoilé et métal, il disposait d’un train d’atterrissage classique tricycle escamotable. Sa propulsion était assurée par deux moteurs en étoile Wright R-2600-3 Cyclone d’une puissance nominale de 1 600 chevaux entraînant chacun une hélice à trois pales. L’armement de l’avion se composait d’une mitrailleuse défense de 12.7mm de calibre en position arrière, une grande première à l’époque, et de trois armes mobiles similaires d’un calibre de 7.62mm tirant en position avant, dorsale, et ventrale. En tant que bombardier, le Dragon emportait une charge de 2 000kg de bombes. Le premier XB-23 réalisa son vol inaugural le 27 juillet 1939.

Rapidement les essais en vol démontrèrent que l’avion n’atteignait pas les quotas technologiques attendus. Toutefois, l’USAAC décida de commander un premier lot de 38 appareils destinés à servir aussi bien dans la région du canal de Panama, alors sous occupation militaire des Etats-Unis, qu’en Californie et à Hawaï, les premiers avions de série entrant en service début 1940.

Rapidement les services de renseignement américains rapportèrent des informations en provenance d’Europe, où Britanniques et Français, alors principaux alliés des Américains, affrontaient l’Allemagne nazie et ses groupes de bombardiers rapides. Aux vues de ces enseignements les B-23 Dragon semblaient de plus en plus mal taillés pour une guerre qui s’approchait du pays. Toutefois les bombardiers bimoteurs américains restèrent en service malgré les carences du Dragon.

En janvier 1942, alors que l’Amérique n’était en guerre que depuis quelques semaines à peine, la toute jeune US Army Air Force décida de modifier une quinzaine de B-23 en avions de servitude et de tractage de planeurs sous la désignation d’UC-67. Pour cela, les avions furent désarmés et leur soute à armement scellée. Une porte de chargement élémentaire fut également installée. Les Douglas UC-67 furent notamment utilisés pour tester divers types de moteurs destinés aux avions de transport, aux hydravions, et aux bombardiers américains. C’est ainsi qu’un de ces appareils de servitude fut livré à Boeing pour servir aux essais du futur bombardier stratégique B-29 Superfortress.

Si les B-23 ne connurent jamais le feu en Europe, dans le Pacifique, ou même en Afrique du Nord, ils furent tout de même utilisés au Panama où les Allemands tentèrent quelques coups de force mineurs. Pourtant les bimoteurs américains ne lâchèrent jamais leurs bombes sur les submersibles de la Kriegsmarine. Tout au plus ils mitraillèrent à quelques reprises ces navires.Par ailleurs, les UC-67 furent eux aussi limités aux seuls vols intérieurs.

Au lendemain de la guerre, les B-23 Dragon encore en service, utilisés au début de 1945 uniquement pour l’entraînement avancé, furent retirés du service. Quant aux UC-67, ils furent utilisés jusqu’en 1947 avant de laisser la place à des avions plus à même de remplir ces missions comme le C-47 Skytrain.

Par la suite, une dizaine de B-23 et UC-67 furent transformés en avions d’affaire et de transport de passagers pour douze passagers pour divers clients civils dont la compagnie PanAm qui utilisa trois de ces appareils pendant un vingtaine d’années, principalement pour le compte des militaires américains.

Appareil raté, au rayon d’action très insuffisant et à la maniabilité limitée, le B-23 Dragon peut être considéré comme le pire échec de Douglas en matière de bombardier, pour autant le concepteur des très bons A-20 Havoc et B-26 Invader.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Douglas B-23 Dragon
Envergure : 28.04 m
Longueur : 17.80 m
Hauteur : 5.63 m
Motorisation : 2 moteurs en étoile Wright R-2600-3 Cyclone
Puissance totale : 2 x 1600 ch.
Armement : 1 mitrailleuse de 12.7mm
3 de 7.62mm
2 000kg de bombes
Charge utile :
Poids en charge : 14690 kg
Vitesse max. : 455 km/h à 3600 m
Plafond pratique : 9600 m
Distance max. : 2200 Km (à masse maximale)
Equipage : 5
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Douglas B-23 Dragon

Profil Couleur

Profil couleur du Douglas B-23 Dragon

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Devenu célèbre à la suite de sa participation à l'attaque sur Pearl Harbor, en décembre 1941, le bombardier torpilleur Nakajima B5N, connu sous le...

0
La doctrine d'emploi des bombardiers dans la Luftwaffe privilégiait les bimoteurs moyens rapides, des appareils aux compétences proches de chasseurs lourds. Toutefois au fur et à...

0
Le B-24 fut le bombardier le plus construit lors de la seconde guerre mondiale (également plus que tout autre appareil américain) avec plus de...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.