Kayaba Ka.1

Kayaba Ka.1


Fiche descriptive

Appareil : Kayaba Ka.1
Constructeur : Kayaba Seisakusho K. K.
Désignation : Ka.1
Nom / Surnom :
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1941
Pays d'origine : Japon
Catégorie : Hélicoptères
Rôle et missions : Autogire d'observation

Histoire

Kayaba Ka.1 :
premier autogire armé utilisé en opérations de guerre

A la fin des années 30, l’Armée Impériale commença à manifester un grand intérêt pour l’utilisation de l’autogire dans le réglage de l’artillerie et, en 1939, elle importa des Etats-Unis un appareil monomoteur biplace Kellet KD-1A. Propulsé par un moteur radial Jacobs L-4MA à 7 cylindres refroidi par air, l’engin était muni du système Kellet de contrôle direct du rotor. Malheureusement, peu de temps après son arrivée au Japon, l’autogire fut très sérieusement endommagé au cours d’essais en vol à basse vitesse et considéré comme irréparable. L’armée transmit alors l’épave à Kayaba, une petite manufacture d’armes qui procédait à des recherches sur l’autogire, et donna des instructions pour qu’une machine similaire soit développée.

Le constructeur mit au point un appareil biplace d’observation basé sur le Kellet KD-1A, mais modifié pour s’adapter aux standards de production japonais. Désigné Ka.1, l’engin avait une structure métallique entoilée et disposait d’un train d’atterrissage classique fixe. Il était équipé d’un moteur d’origine allemande fabriqué sous licence Kobe-Argus As 10C en V8 inversé refroidi par liquide et développant 240 Ch. L’autogire effectua son premier vol le 26 mai 1941 et les essais pratiqués par la suite furent très satisfaisants : le Ka.1 décollait en 30 mètres, était très maniable et effectuait un tour complet selon un rayon très court. Ces performances, remarquables pour l’époque, conduisirent à la mise en production immédiate en vue de doter rapidement les unités d’artillerie.

Au cours de la guerre dans le Pacifique, quand les pertes navales commencèrent à devenir alarmantes, la Marine Impériale décida de renforcer la protection des convois avec l’Akitsu Maru, navire marchand transformé en transport léger d’escorte. Les quelques autogires embarqués, devenus monoplaces pour compenser l’emport d’une charge de 120 Kg de bombes, reçurent la désignation de Ka.1s. D’autres appareils de cette version, basés à terre, furent affectés à la lutte anti-sous-marine dans les zones côtières japonaises et coréennes.

Un engin, désigné Ka.1 KAI, fut testé avec des fusées à poudre aux extrémités des pales du rotor pour améliorer les capacités d’emport de charge. Dans le même but, un autre prototype fut équipé du moteur radial Jacobs L-2MA de 240 Ch et prit l’appellation de Ka.2. Aucun de ces deux appareils n’eut de suite.

L’autogire Kayaba fut produit de 1941 à 1943 et totalisa 240 exemplaires, tous types confondus.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Kayaba Ka.1
Envergure : 12.20 m (diamètre du rotor principal)
Longueur : 9.20 m
Hauteur : 3.60 m
Motorisation : 1 moteur Kobe/Argus As-10C en V8 inversé
Puissance totale : 1 x 240 ch.
Armement : 2 bombes de 60 kg
Charge utile : -
Poids en charge : 1170 kg
Vitesse max. : 165 km/h
Plafond pratique : 3500 m
Distance max. : 280 Km
Equipage : 2 ou 1
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Kayaba  Ka.1

Profil Couleur

Profil couleur du Kayaba  Ka.1

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Le Ka-25 est un développement du Kamov Ka-20 Harp qui fut en fait son prototype. Il fut conçu pour équiper la Marine Soviétique d’un...

0
S'ils ont été sporadiquement utilisés durant la Seconde Guerre mondiale, c'est vraiment durant les conflits de la première moitié des années 50 que les...

0
Le terme voilure tournante est généralement assimilé, à tort, exclusivement aux hélicoptères. Pourtant il existe d'autres types de machines à voilures tournantes, tels les...