Morane-Saulnier MS.1500 Epervier

Morane-Saulnier MS.1500 Epervier

0

Fiche descriptive

Appareil : Morane-Saulnier MS.1500 Epervier
Constructeur : Aéroplanes Morane-Saulnier
Désignation : MS.1500
Nom / Surnom : Epervier
Code allié / OTAN :
Variante :
Mise en service : 1958
Pays d'origine : France
Catégorie : Avions d'attaque
Rôle et missions : Prototype d'avion de lutte antiguérilla

Histoire

Morane-Saulnier MS.1500 Epervier :
un projet face à la suprématie américaine

Durant la Guerre Froide, la lutte antiguérilla apparut comme une nouvelle mission, qui se caractérisait par l’utilisation d’avion et d’hélicoptère armés de mitrailleuses, de canons, de bombes légères, de roquettes, et aussi parfois de bidons de napalm. Ces aéronefs participèrent massivement aux conflits de décolonisation. La France s’en équipa avec du matériel américain, mais aussi avec le Morane Saulnier MS.1500 Épervier.

Lorsqu’en 1954, les premiers avions d’appui aérien rapproché et de lutte antiguérilla firent leur apparition dans les cieux algériens, l’Armée de l’Air n’utilisait quasiment que des avions datant de la Seconde Guerre mondiale dans ce genre de mission, à l’instar des Douglas AD Skyraider et surtout des North American T-6 Texan. Ces derniers servaient souvent en monoplace avec des mitrailleuses Darne de 7.5mm datant des années 30 et des roquettes sous voilure. Pourtant le célèbre avion d’entraînement n’était pas tout à fait adapté aux missions qui lui étaient dévolues en Algérie.

C’est la raison pour laquelle l’état major français passa commande à Morane Saulnier d’un prototype d’avion dédié. Ce constructeur ne fut pas choisi par hasard. En effet ses équipes travaillaient déjà sur une machine similaire depuis le début de l’année 1955.Donc, lorsque la commande fut officiellement passée deux ans plus tard le projet avait déjà bien avancé, et celui que l’on nommait alors MS.1500 semblait promis au plus bel avenir.

Extérieurement, le MS.1500 se présentait sous la forme d’un monoturbopropulseur à aile basse cantilever dotée de volets hypersustentateurs. Outre un train d’atterrissage tricycle fixe à jambes hautes, il disposait d’un empennage classique de grande taille. Sa motorisation tournait autour d’un turbopropulseur Turboméca Martadeau d’une puissance de 400 chevaux entraînant une hélice bipale en métal. Son cockpit permettait l’accueil d’un pilote et d’un navigateur, et pouvait même le cas échéant embarquer un passager ou un observateur sur strapontin. L’armement se composait de quatre mitrailleuses de calibre 7.5mm, et d’une capacité sous voilure pour le tir de deux missiles antichars AS-11, de bombes incendiaires, et de lance-roquettes. Le Morane Saulnier MS.1500 réalisa son premier vol le 12 mai 1958.

Nommé Epervier, cet avion fut rapidement remotorisé avec un turbopropulseur Bastan de 650 chevaux, du même motoriste. A la même époque, les premiers essais d’armement démontrèrent de bonnes qualités de vol, de stabilité, et aussi de vol à haute altitude. On testa même l’avion avec deux canons Hispano de 20mm en lieu et place des mitrailleuses.

Toutefois le programme battait de l’aile auprès des militaires qui pressaient les équipes de Morane-Saulnier. Finalement, le projet fut suspendu, et l’Armée de l’Air préféra se tourner vers l’avionneur North American et son T-28 Trojan. En fait, cette commande était « téléguidée » par Sud Aviation qui comptait bien ouvrir une chaîne d’assemblage pour le gros monomoteur américain, qui se verra attribuer le nom de Fennec.

Néanmoins, la carrière opérationnelle de l’Epervier ne s’arrêta pas nette. Ainsi, les équipes du Centre d’Essais en Vol et de Turboméca utilisèrent cette machine comme banc pour le développement de turbopropulseurs comme le Bastan ou l’Astazou. C’est d’ailleurs propulsé par un Bastan Mk-IV d’une puissance de 985 chevaux que l’avion établit un record mondial d’altitude pour monoturbopropulseur en date du 31 mai 1961 atteignant les 11850 mètres.

L’Epervier vola ainsi sous les couleurs du CEV jusque fin 1975 pour divers essais. Par la suite, il fut stocké quelques temps chez SOCATA, nouvelle raison sociale de Morane-Saulnier. Au début des années 80, le seul et unique MS.1500 fut confié au Musée de l’Air et de l’Espace du Bourget où il fut détruit en 1990 des suites d’un incendie dans les réserves. Ainsi se termina l’aventure du « cousin » français du North American OV-10 Bronco. Au total, il vola avec près de dix propulseurs différents.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Morane Saulnier MS-1500 Epervier
Envergure : 13.06 m
Longueur : 10.58 m
Hauteur : 3.33 m
Motorisation : 1 turbopropulseur Turboméca Marcadeau
Puissance totale : 1 x 400 ch.
Armement : 4 mitrailleuses de 7.5mm
2 missiles AS-11 ou 4 bombes
Charge utile :
Poids en charge : 2850 kg
Vitesse max. : 315 km/h à 5500 m
Plafond pratique : 8000 m
Distance max. : 700 Km
Equipage : 2
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Morane-Saulnier MS.1500 Epervier

Profil Couleur

Profil couleur du Morane-Saulnier MS.1500 Epervier

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Conçu au début des années soixante-dix, au Royaume-Uni, en Italie et en Allemagne fédérale en tant qu'avion d'attaque et d'interdiction, le Panavia Tornado IDS...

0
A la fin de l'année 1958, la Chine cherche à se doter d'un appareil d'attaque au sol susceptible de remplacer les Shenyang J-6, la...

0
L'avion de frappe nucléaire Blackburn B-103 (NA.39) était conçu en tant qu'avion d'attaque embarqué doté d'un système de navigation et d'attaque sophistiqué et affichant...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.