Short S.8/8 Rangoon

Short S.8/8 Rangoon


Fiche descriptive

Appareil : Short S.8/8 Rangoon
Constructeur : Short Brothers Ltd.
Désignation : S.8/8
Nom / Surnom : Rangoon
Code allié / OTAN :
Variante : Br.521 Bizerte, Kawanishi H3K
Mise en service : 1931
Pays d'origine : Royaume-Uni
Catégorie : Hydravions
Rôle et missions : Hydravion de reconnaissance maritime

Histoire

Short S.8/8 Rangoon :
l'hydravion de tous les fronts et tous les camps

En 1929, l’Air Ministry britannique émit la Specification 18/29 relative à un hydravion de reconnaissance maritime. Cette spécification n’était alors qu’une formalité puisque le constructeur avait déjà été choisi, il s’agissait de l’avionneur Short, qui devait adapter son hydravion de ligne, le S-8 Calcutta, un appareil ayant fait ses preuves au sein des principales compagnies aériennes britanniques. L’Air Ministry attendit que l’avionneur transforme son hydravion civil en appareil de combat économique. Pour cela, Short préleva un Calcutta sur les chaines de montage afin d’en faire le prototype de sa nouvelle version désignée S-8/8, soulignant ainsi la filiation entre les deux appareils.

L’étude de transformation se fit rapidement et le premier vol du S-8/8, désigné Rangoon dans sa version militaire, eut lieu le 24 septembre 1930. Il était propulsé par trois Bristol Jupiter de 540 chevaux chacun. Un premier contrat fut signé avec la Royal Air Force pour la livraison d’une première série de trois hydravions devant servir en Inde au sein du Squadron 203. Ces appareils effectuèrent même des missions longues durées jusqu’en Australie et en Polynésie Française.

En 1931, la RAF commanda douze autres Rangoon pour servir au sein du tout nouveau Squadron 210 basé quand à lui dans le sud de l’Angleterre. Si les Rangoon du Squadron 203 ont été rapidement remplacés par des Short Singapore en 1935, la plupart des appareils du Squadron 210 sont restés en service jusqu’en 1942. A cette époque, les Rangoon ne remplissaient plus que des missions de patrouille côtières, de surveillance de l’embouchure de la Tamise, lieu alors hautement stratégique, mais aussi de SAR lointaine (Search And Rescue, recherche et sauvetage). Les Rangoon du Squadron 210 ont cédés la place à des Consolidated Catalina.

Mais le Rangoon a volé sous d’autres cocardes que celles de Sa Majesté. En effet en 1932, la Marine Impériale japonaise a acquis un Short S-8/8 sous la désignation de K1F. L’appareil servit pour des missions de reconnaissance maritime lointaine, mais aussi de lutte anti-sous-marine en embarquant des mines sous-marines. Par la suite, l’avionneur nippon Kawanishi a acquis la licence de l’appareil et a construit cinq hydravions sous la désignation de H3K. Devant la difficulté à trouver un propulseur convenable, le Japon acheta un lot d’une trentaine de moteurs Rolls & Royce Buzzard de 955 chevaux chacun. Les H3K sont restés en service jusqu’en janvier 1942.

Le client le plus important du Rangoon demeure la France qui a également acquis la licence de fabrication en 1932. Construit par Breguet, sous la désignation de Br.521 Bizerte, l’avion a effectué son premier vol le 11 septembre 1933 pour une entrée en service quelques mois plus tard en janvier 1934. Ses trois moteurs en étoile Gnome & Rhône de 900 chevaux chacun en faisait un hydravion de reconnaissance maritime et d’exploration coloniale redoutable. L’Aéronautique Navale en commanda une première série de douze exemplaires. En 1939, la Marine française disposait de 32 Bizerte dont un Br-522, resté sans suite et mû par des moteurs Hispano-Suiza.

Lors de l’armistice franco-allemand de juin 1940, la plupart des Bizerte furent envoyés en Méditerranée et sur la côte landaise afin de servir au sein des unités vichystes. Toutefois dix Br.521 tombèrent aux mains de la Luftwaffe qui les utilisa depuis Brest pour des missions de reconnaissance maritime, notamment à la recherche des navires britanniques. En novembre 1942, les hydravions de Vichy encore en état de vol furent confisqués par les Allemands lors de l’annexion de la « zone libre ». Ces appareils rejoignirent tous l’étang de Biscarosse où ils servirent en mission SAR, notamment en soutien des unités de Focke-Wulf Fw-200 et de Blohm und Voss Bv-138, basées dans la région. Les hydravions biplans Breguet volèrent jusqu’à la fin des hostilités. Deux Bizerte civils ont été construits sous la désignation de Br.530 Saïgon.

Le Short Rangoon est, à l’instar du Douglas C-47, un des très rares avions de cette époque à avoir été construit aussi bien par les Alliés que par l’Axe, et à avoir servit durant la Seconde Guerre Mondiale. Curieusement cet élégant biplan a été plus construit sous licence à l’étranger que dans son propre pays, et c’est sous les couleurs de la Luftwaffe qu’il a pleinement montré ses capacités.

Photos

Caractéristiques techniques

Modèle : Kawanishi H3K (Short Rangoon sous licence)
Envergure : 31.05 m
Longueur : 22.55 m
Hauteur : 8.77 m
Motorisation : 3 moteurs en V Rolls & Royce Buzzard
Puissance totale : 3 x 955 ch.
Armement : 8 mitrailleuses de 7.7mm
1000kg de bombes ou charge sous-marine
Charge utile :
Poids en charge : 15070 kg
Vitesse max. : 255 km/h
Plafond pratique : 4050 m
Distance max. : 1650 Km
Equipage : 6
[...] Passez dans le comparateur...

Plan 3 vues

Plan 3 vues du Short S.8/8 Rangoon

Profil Couleur

Profil couleur du Short S.8/8 Rangoon

Vidéo

Actuellement aucune vidéo n'est disponible dans nos bases de données

A voir également

0
Peu avant la guerre, les Allemands mirent à l'étude plusieurs appareils d'aéronavale, types dont ils étaient assez démunis et qu'ils prévoyaient devoir utiliser sur...

0
Le H8K fut le plus impressionnant de tous les hydravions de reconnaissance engagés dans la guerre, tant par ses performances générales que par son...

0
Pour répondre à un programme de la Marine Impériale relatif à l'obtention d'un hydravion chasseur, la firme Nakajima avait étudié et produit en 1942...
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.