C’est un accident qui soulève de nouvelles questions sur la sûreté aérienne en Russie. Ce vendredi 21 octobre 2016 en après-midi un hélicoptère de transport commercial Mil Mi-8 s’est écrasé en Sibérie, causant la mort de 19 des 22 passagers et membres d’équipage. Plusieurs enquêteurs arrivés spécialement de Moscou sont en charge des investigations.

Il faut dire que plusieurs centaines de Mil Mi-8/17 civils sont aujourd’hui encore en service dans les différentes compagnies aériennes issues de l’éclatement de l’Aeroflot au lendemain de l’effondrement de l’Union Soviétique. Ces biturbines remplissent principalement des missions de transport et de ravitaillement des régions les plus isolées de Russie, et bien sûr notamment en Sibérie.

C’est d’ailleurs dans cette gigantesque région que l’accident s’est produit, plus exactement dans le district autonome de Iamalie Nénétsie. Pour une raison encore inconnue l’hélicoptère s’est écrasé en rase-campagne, sans que l’on sache si le pilote a réussi à engager l’auto-rotation. La majorité des passagers était des techniciens et des ouvriers travaillant dans une usine d’extraction gazière.

Malgré une météo plutôt difficile, avec des brouillards épais et des bourrasques de vent, les enquêteurs russes insistent sur d’éventuels violations des règles de sécurité et de sûreté aérienne. Selon plusieurs médias les services de secours auraient mis plusieurs heures à atteindre le lieu de l’écrasement, réduisant ainsi encore plus les chances de survie des rescapés.
Cependant trois d’entre-eux ont pu être pris en charge par les équipes médicales et héliportés vers l’hôpital de Salekhard, distant d’environ trois cents kilomètres.

Photo © agence Tass.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom