La course s’accélère dans le remplacement des jets d’entraînement Northrop T-38 Talon au sein de l’US Air Force. Désormais seuls les avionneurs américains Boeing et Lockheed-Martin sont encore en lice dans le programme T-X visant à la fourniture d’un tel avion destiné à la formation des futurs pilotes de combat américains. Ils sont respectivement associés à Saab et KAI.

Jusque là les avionneurs américains Northrop-Grumman et Raytheon (ce dernier associé au constructeur italien Leonardo) participaient également au programme T-X. C’est désormais donc fini. Ils se sont retirés de la compétition. Si le Northrop-Grumman Model 400 était bel et bien un avion nouveau, spécialement conçu pour le programme du Pentagone il en est tout autrement pour le Raytheon T-100 qui était en réalité le M-346 Master conçu par Aermacchi et déjà vendu dans le monde notamment à Israël et Singapour.

Les deux avions encore en course sont donc le très prometteur Boeing T-X et le moins ambitieux Lockheed-Martin T-50 connu depuis plusieurs années maintenant. À n’en pas douter il s’agissait des aéronefs les plus attendus à ce stade.

Reste que le remplacement des vénérables jets d’entraînement américains hérités du programme N-156 reste un gros pari pour l’industrie aéronautique américaine. D’autant que durant la dernière campagne présidentielle américaine certains soutiens de l’actuel président avaient laissé sous-entendre qu’une délégation de service à des entreprises privées pourrait être plus rentable que l’achat de nouveaux avions militaires pour l’entraînement des futurs pilotes.

C’est en cette année 2017 que le choix final du Pentagone doit avoir lieu. Boeing ou Lockheed-Martin ? Pour être sûr ce sera un des grands de l’histoire aéronautique américaine.

Photo © US Air Force

 

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Boeing serait un bon choix avec une nouveauté assez jolie. De plus Lockheed-Martin devrait laisser toute l’énergie de ses bureaux d’étude finir le développement du F-35 et débugger ses logiciels

Comments are closed.