Dans quelques jours les yeux du monde entier vont se tourner vers cette ville d’un peu plus de 40 000 habitants du nord de la Corée du sud. En effet, c’est là que vont se dérouler du 9 au 25 février 2018 les 23èmes Jeux Olympiques d’Hiver dans un climat de sécurité extrême où les aéronefs des forces aériennes et terrestres vont être en première ligne. Et la menace nord-coréenne n’est pas forcément celle prise la plus au sérieux, et pour causes.

Depuis maintenant plus de six mois les forces spéciales et les forces de l’ordre sud-coréennes s’entraînent à répondre à toutes menaces contre la ville hôte de l’olympisme. La région de Pyeongchang pourrait désormais quasiment ressembler à un gigantesque champ de manœuvres s’il n’y avait pas les milliers de drapeaux de toutes les couleurs et les athlètes venus du monde entier. La grand-messe des sports d’hiver est à ce prix.

Mais à Séoul ce n’est pas vraiment l’inquiétant voisin du nord que l’on craint, en tout cas pas durant la quinzaine olympique. Il faut dire qu’un accord historique a été trouvé entre les deux pays et que certains sportifs vont même œuvrer main dans la main. Un peu à l’image de ce que l’on connait en Europe avec le XV du Trèfle qui réunit rugbymen irlandais de l’Eire et du Royaume-Uni.

Comme ailleurs dans le monde c’est le terrorisme djihadiste qui cristallise les attentes et les peurs sud-coréennes. Et là-dessus les forces locales ont été bien conseillées. Avec l’aide du Comité International Olympique des experts américains et européens ont été dépêchés dans la région et ont apporté leur savoir-faire aux policiers et militaires sud-coréens.

Dans les faits une base aérienne toute proche des sites olympiques va servir de camp de base pour les équipes d’intervention et de secours. Sur place on a déjà aperçu des hélicoptères de transport, d’assaut, et d’évacuation sanitaire Bell UH-1H Iroquois, Boeing-Vertol CH-47D Chinook, et KAI KUH-1 Surion. Mais des machines armées ont également été aperçues, des MD Helicopters MD-500D Defender dotés de missiles anti-chars et/ou de nacelles-mitrailleuses et roquettes.

Au plus près du village olympique des moyens militaires seront aussi déployés avec des drones légers chargés d’intercepter d’éventuels engins similaires s’approchant dangereusement des sites sportifs. Car c’est là la seconde crainte des Sud-Coréens : les incursions illégales de drones civils.

Photo © Republic of Korea Army.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom