L’avion de transport militaire européen ajoute une corde à son arc, et c’est à nos alliés britanniques que nous devons cette évolution. La Royal Air Force vient d’annoncer que désormais ses Airbus Defense & Space Atlas C Mk-1 seraient capables de remplir des missions d’évacuation sanitaire, à la fois au profit des forces militaires autant que des populations civiles. Ce type de mission sera réalisé par n’importe lequel de ces avions, parmi ceux actuellement en service autant que ceux encore à livrer.

C’est une réflexion lancée au moment de l’épidémie de fièvre Ebola en 2014 qui amena en partie à cette évolution de la fonction des Airbus Defense & Space Atlas C Mk-1. À cette époque le gros des évacuations les plus critiques était réalisé par un simple biréacteur d’affaire spécialement aménagé par des médecins américains. Dans le même temps l’opinion publique britannique avait fort mal vécu le fait que sa chère Royal Air Force fut pointée du doigt pour son inaction quand les médias du monde entier montraient le déploiement des C-130 Hercules américains ou encore des Transall français de la force Barkhane. Un fait qui marqua également durablement parlementaires et généraux de Sa Majesté.

Le résultat de cette réflexion a été la mise en œuvre désormais du CCAST (pour Critical Care Air Support Team, ou équipe de soutien aéroporté en soins intensifs en français) destiné à prendre en charge les cas les plus lourdement médicalisés. À l’instar de ce qui existe dans l’Armée de l’Air avec le module Morphée les membres du CCAST peuvent désormais embarquer à bord des Atlas C Mk-1 des patients ou des blessés intubés et monitorés. Ils pourraient même si le cas se présente réaliser des opérations chirurgicales ponctuelles à bord.

Mais surtout les Airbus Defense & Space Atlas C Mk-1 ont désormais la capacité d’évacuer vers l’Amérique du nord ou l’Union Européenne n’importe quel patient atteint des pathologies infectieuses les plus virulentes. Dans ce cas les malades sont isolés à l’intérieur de l’ATI (pour Air Transportable Isolator) c’est à dire une sorte de bulle de plastique translucide totalement hermétique et stérile permettant de piéger les agents pathogènes jusqu’au lieu de prise en charge hospitalière. Un Atlas C Mk-1 équipé de l’ATI pourra alors évacuer entre quatre et six malades, des chiffres qui peuvent paraître très légers mais qui s’expliquent par la lourdeur et l’encombrement de cet équipement de haute technologie médicale.
Rappelons que ces quadrimoteurs à turbopropulseurs de facture européenne sont ravitaillables en vol, ce qui permet d’allonger très sensiblement leur rayon d’action notamment lors de missions humanitaires.

Photo © UK Ministry of Defense.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom