Beaucoup le disent déjà fini, bon pour la retraite voire pis, pour la casse. Force est de constater que l’avion-cargo franco-allemand a encore de belles ressources. Au cours du mois d’avril 2018 un Transall C.160R appartenant à l’Escadron de Transport 88 Larzac s’est déployé dans l’Océan Indien afin de ravitailler les différents sites de souveraineté française dans l’archipel des Éparses. Une mission de onze jours qui a permis de démontrer (mais est-ce encore utile ?) à quel point cet avion est tous-terrains !

Dans la soute d’un Transall vers les îles Éparses.

C’est donc le 9 avril 2018 que ce Transall C.160R a quitté la Base Aérienne 188 de Djibouti où il est habituellement stationné pour rejoindre le Détachement Aérien 181 de Saint-Denis sur l’île de la Réunion. Effectuant au passage un crochet par l’aéroport de Dzaoudzi-Pamandzi sur l’île de Mayotte afin de récupérer un détachement de légionnaires.

Le but de cette mission était double : il s’agissait à la fois de procéder au ravitaillement des îles de cet archipel français mais aussi de participer à l’exercice international Papangue. Ce dernier réunissait des unités comoriennes, malgaches, mauriciennes et seychelloises en plus de l’Armée de l’Air. Le scénario concernait l’évacuation par les airs et la mer de ressortissants étrangers sur une île X ou Y.

De quoi apercevoir sur le tarmac réunionnais des machines assez exotiques tels deux Dornier Do 228 de patrouille maritime (un aux couleurs de Maurice et l’autre des Seychelles) et un rare hélicoptère HAL Dhruv de facture indienne appartenant lui-aussi aux gardes-côtes seychellois.
Outre le Transall de l’ET 88 un Casa CN-235 de l’Escadron de Transport 50 Réunion participait lui aussi à l’exercice.

La tâches des équipages de l’Escadron de Transport 88 était donc double : assurer le transport des légionnaires et de leur matériel (parfois lourd) ou des gendarmes français vers les îles Éparses ; mais également participer à cet exercice aéronaval. Une dichotomie que les personnels de l’Armée ont parfaitement su assumer.
Lors de l’exercice Papangue l’équipage du Transall a pu réaliser un largage de parachutistes pour infiltration sous voile au-dessus de Diego Suarez au nord de Madagascar. Il y a pire comme décor pour un exercice aéroporté !

Do 228 et Dhruv mauriciens sur le tarmac réunionnais.

La partie souveraineté de ce détachement de onze jours du Transall C.160R de l’ET 88 concernait notamment le transport de matériels particulièrement lourds et volumineux tels des engins de chantier ou encore des groupes électrogènes sans compter les équipements nécessaires à la vie de tous les jours des gendarmes et légionnaires. Dans la majorité des cas le gros bimoteur à turbopropulseurs se posait sur des «pistes» en sable fin au milieu d’un environnement paradisiaque.
Quand le recours à une machine de la taille de l’avion franco-allemand n’est pas requis c’est l’un des deux Casa CN-235 de l’ET 55 qui assure ces opérations.

Photos © Armée de l’Air.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Pour information, ce type de mission n’est pas possible avec un Hercule du fait de son train d’atterrissage mono trace, qui s’enfonce trop là-bas.
    Le Transall avec toutes ses qualités et ses défauts est le plus adapté à faire cela des missions de type « brouetage » sur des terrains improbables.
    Auparavant c’était des trimoteurs allemands pris en dommage de guerre qui avait ouvert la voie au ravitaillement par air de ses îles.

    • C’est marrant que vous parliez des « trimoteurs allemands pris en dommage de guerre » car justement je prépare un sujet historique sur l’utilisation des Toucan durant la guerre d’Algérie !

  2. Superbe avion avec des capacités tout-terrain et une robustesse légendaire.
    L’ association Génération Transall basée à Toulouse a pour vocation d’en perpetuer le souvenir.

  3. Bravo à tous ces militaires de l’armée de l’air pour la qualité du travail fourni et du sérieux dans l’accomplissement des missions les plus difficiles.
    N’en déplaise à l’amiral Rogel le pourfendeur de l’armée de l’air.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom