Plus de peurs que de mal pour les 47 passagers et membres d’équipages de ce biréacteur commercial de la compagnie aérienne étatique papoue Air Niugini. Ce vendredi 28 septembre 2018 au matin un Boeing 737-800 a raté son atterrissage sur l’aéroport international de Chuuk sur l’île micronésienne de Weno, terminant sa course dans le lagon tout proche. Par miracle il n’y a pas de victime lourdement touché à déploré lors de cet amerrissage, seuls deux membres d’équipages ont été hospitalisés pour des traumatismes légers. L’avion réalisait une escale lors du vol régulier PX73 entre Port Moresby et Pohnpei, respectivement capitale de Papouasie-Nouvelle Guinée et de Micronésie.

Les causes exactes de cette sortie de piste sont encore difficiles à expliquer par les autorités locales. Bien que le ciel fut couvert la visibilité était bonne à l’approche de la piste de l’aéroport international de Chuuk. Pourtant l’avion a bel et bien terminé son atterrissage une quarantaine de mètres après le seuil de piste dans le lagon.

Très rapidement les services de secours aéroportuaires, accompagnés de nombreux pêcheurs locaux ont rejoint le Boeing 737-800 immatriculé P2-PXE qui flottait dans trois à quatre mètres d’eau. Pour les secouristes ils fallait faire vite car ils craignaient la noyade pour les 47 passagers et membres de l’équipage de cet avion de ligne. En fait plusieurs ne se sont rendu compte de la situation qu’après avoir vu de l’eau entrer dans la cabine. Il faut dire qu’à 9 heures 3 du matin (1 heure 30 en heure française) plusieurs passagers en profitaient pour dormir. Chuuk n’étant qu’une étape entre Port Moresby et Pohnpei.

Les États Fédérés de Micronésie jouissent d’un statut particulier. Ne disposant d’aucune force de défense, ni armé, ni aviation militaire, ni marine ils se reposent entièrement sur des accords bilatéraux signés avec les États-Unis au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. C’est donc l’US Navy qui va devoir envoyé sur zone un de ces navires pour aider au renflouage de l’avion de ligne. Dans le même temps des enquêteurs fédéraux américains du NTSB assistés d’ingénieurs de Boeing vont étudier le cas avec l’aide des juristes d’Air Niugini.

Photo © AFP.

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom