Le motif de cette intervention de la Koninklijke Luchtmacht a fait craindre le pire aux contrôleurs aériens néerlandais. Ce samedi 6 octobre 2018 un avion de ligne Airbus A330-200 reliant les Émirats Arabes Unis aux Pays-Bas a été intercepté par deux chasseurs General Dynamics F-16AM Fighting Falcon alors qu’il approchait de l’aéroport d’Amsterdam. Le commandant de bord du biréacteur commercial avait annoncé la présence à bord d’un homme violant ayant frappé plusieurs passagers et membres d’équipage. Les Pays-Bas se trouvant actuellement sous la menace du terrorisme djihadiste la procédure d’interception était pleinement compréhensible.

Tout a commencé alors que l’avion survolait le territoire allemand. Un passager de 29 ans, de nationalité américaine, a commencé à s’en prendre physiquement aux personnels navigants commerciaux de la société KLM. Leur seul «tort» avait été de lui demander de regagner plus rapidement sa place après être sorti des WC. L’homme a alors décoché un coup de poing à un des membres d’équipages puis à deux passagers ayant tenté de s’interposer.

Rapidement le contrôle aérien en a été avisé et en relation avec le commandant de bord il a été décidé d’accélérer son atterrissage à Amsterdam. Un temps il fut même envisagé de le faire se poser sur un aéroport belge ou français. En accord avec les autorités aéronautiques européennes deux chasseurs General Dynamics F-16AM Fighting Falcon ont décollé des Pays-Bas afin de rejoindre l’avion au-dessus de la frontière germano-belge.
À ce moment là les autorités néerlandaises craignent encore une tentative de détournement de l’avion, voire un acte terroriste. Il faut dire que l’Airbus A330-200 en question relie Abou Dabi aux Émirats à la capitale hollandaise.

Aussitôt aux abords de l’avion de ligne les deux F-16AM Fighting Falcon l’escorte jusqu’à Amsterdam. Il semble que la vue de ces chasseurs ait rassuré quelque peu les passagers et calmer les ardeurs de l’indélicat passager. Celui-ci avait entre temps été maîtrisé, non sans difficulté.

L’Airbus A330-200 s’est posé en priorité sur l’aéroport de Schipol à Amsterdam et rapidement des policiers néerlandais l’ont pris d’assaut. Le passager violent a été interpellé. Quelques heures plus tard on apprenait qu’il avait été hospitalisé d’office dans une unité de soins psychiatriques. Quatre passagers et membres d’équipage légèrement blessés dans cette bagarre ont été vu par les médecins de l’aéroport dont deux pour des atteintes aux yeux.
Les deux avions de chasse ont de leur côté pu reprendre leurs missions habituelles.

Il faut savoir qu’au sein de la Koninklijke Luchtmacht comme au sein de la majorité des forces aériennes en Europe les motifs d’interceptions d’un avion civil sont limités : circulation aérienne hors de tout plan de vol prévu, perte de communication, et enfin problème spécifique relayé par radio par le pilote et/ou le copilote. L’Airbus 330-200 en question se trouvait dans ce troisième cas de figure.

Photo © ministère néerlandais de la défense.

 

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom