Deux mois et demi, c’est le temps que ces vénérables avions d’attaque au sol d’origine soviétique seront finalement restés cloués au sol. Le ministère polonais de la défense vient d’annoncer que ses trente-deux Sukhoi Su-22M4 et Su-22UM peuvent dès ce lundi 1er octobre reprendre leurs missions. La cause de leur interdiction provenait de défaillances graves sur le siège éjectable K36 d’origine russe. Des inspections et des remise à jour ont eu lieu mais la Pologne ne cache plus son intention de remplacer ces vieilles machines.

En fait c’est suite au crash d’un MiG-29 Fulcrum survenu le vendredi 6 juillet 2018 que tous les Sukhoi Su-22 Fitter polonais avaient été interdits de vol. Très rapidement les enquêteurs avaient apporté la preuve d’un grave dysfonctionnement du siège éjectable K36 d’origine russe, qui équipe les deux modèles d’avions. Donc immédiatement MiG-29 et Su-22 étaient cloués au sol.
Seulement voilà les militaires polonais privilégièrent les premiers d’entre-eux, qui assurent la défense aérienne, aux seconds.

Et ce n’est donc qu’en fin du mois de septembre que l’inspection des derniers Su-22 Fitter a été terminée. Une inspection qui comme sur les MiG-29 a permis de totalement démonter les sièges éjectables et les remettre à jour, avec l’aide d’ingénieurs britanniques de la société Martin-Baker. Du coup les K36 de ces deux types d’avions n’ont plus grand chose à voir avec ce qu’ils étaient avant l’accident du 6 juillet 2018.
Pour autant leur remplacement par un modèle conforme aux normes de l’OTAN est impossible. Et de surcroit il engendrerait des dépenses jugées trop importantes par le gouvernement polonais au regard du fait que selon lui le Su-22 est un avion en fin de carrière.

Pour autant les trente-deux avions peuvent donc reprendre leurs vols. C’est aussi bien lors d’entraînements et de manœuvres que pour d’éventuels déploiements, aujourd’hui très hypothétiques, que les pilotes polonais pourront faire voler leurs Su-22 Fitter. Sans oublier les meetings aériens durant lesquels ces vieux soldats de la guerre froide font toujours autant d’effets aux passionnés autant qu’aux novices.
Jusqu’à quand ?

Photo © Wikimédia commons.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom