Ce jeudi 27 septembre 2018 demeurera dans l’histoire du chasseur multirôle furtif américain. C’est en effet ce jour là que pour la première fois un F-35 Lightning II a réalisé une frappe aérienne en configuration opérationnelle. L’avion appartenant au squadron VMFA 211 et embarqué sur le porte-aéronefs USS Essex a attaqué une position djihadiste en Afghanistan. L’avion en question appartenait à une patrouille de combat de quatre machines.

C’est donc un Lockheed-Martin F-35B Lightning II de l’US Marines Corps qui a eu l’honneur d’être le premier avion de ce modèle (toutes série confondues) à réaliser une mission d’attaque officielle. Cette frappe a eu lieu à l’aide d’une bombe GBU-31 à guidage par GPS. D’une masse totale dépassant les 900kg cette munition est mieux connue sous l’acronyme JDAM, pour Joint Direct Attack Munition.

Même s’il est trop tôt pour déclarer le F-35 Lightning II comme étant combat proven, cette mission d’attaque contre une cible djihadiste en Afghanistan est une première étape cruciale. Pour autant l’US Department of Defense n’a pas encore annoncé si la cible relevait des talibans, ou bien de groupes comme Al-Qaïda ou Daech. Tous deux demeurent bien présents dans ce pays.
Il faut remarquer que pour rejoindre l’Afghanistan depuis la mer, depuis le pont d’envol de l’USS Essex les avions de combat ont été obligés de ravitailler en vol de nuit. Pour mémoire ce pays est totalement enclavé et ne dispose de ce fait d’aucun débouché maritime.

Il s’agit d’un premier pas qui a certes été rapidement terni par le premier crash d’un avion de ce type, survenu le lendemain sur le sol américain. D’ailleurs certains observateurs internationaux contestent déjà la paternité américaine du premier engagement au combat d’un Lightning II, estimant que c’est à Israël que revient ce fait avec ses F-35I Adir. Même si aucune confirmation officielle ne vient corroborer cela il n’est pas inenvisageable que Heyl Ha’Avir ait déjà employé ses avions dans des frappes contre la Syrie.
Sauf que les Américains, eux, ont reconnu cet emploi opérationnel, pas les Israéliens !

Photo © US Navy

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Je reste dubitatif quand à la logique d’emploi, et au coût de l’heure de ces F35, dans un milieu aérien « open », pour dégommer quelques toys et maisons de boue….
    Si c’est pour illustrer la plaquette de pub, c’est qd même insuffisant !!

  2. Oui bon il fallait bien un début , maintenant on verra avec le temps s’il fait bien le job: entrée en premier, disponibilité , endurance et surtout gagner le cœur de ses pilotes.

  3. Voilà, il faut bien un début à tout, on sait désormais qu’à l’instar des autres chasseurs US (F15-16-18-22), le F35 peut désormais être amené à être employé en conditions réelles au-dessus d’un territoire hostile (même si nous sommes d’accord, dénué de menace air/sol et air) et délivrer de l’armement sur un ennemi. Comme pour beaucoup d’avions avant lui, cela marque un tournant dans son historique.

    Je précise « américains », car comme l’article le souligne, il est plus que probable que les Israéliens aient déjà engagé les leurs au combat, ou à minima au-dessus de territoires étrangers lors d’incursions / raids dont ils ont le secret.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom