Voilà une information qui n’a pas du plaire du tout au gouvernement de la Chine communiste, toujours aussi réticente à voir sa voisine républicaine recevoir de nouveaux matériels militaires. Ce samedi 20 octobre 2018 le gouvernement taïwanais a annoncé avoir reçu de l’avionneur américain Lockheed-Martin le premier exemplaire de ses cent quarante-deux chasseurs multirôles F-16V Viper ou Block 70. Des avions qui sont en fait les anciens F-16A/B Fighting Falcon acquis dans les années 1980 et qui n’étaient plus du tout aux normes actuelles. Reste qu’il s’agit là d’une très bonne opportunité autant pour la république de Chine que pour le géant américain de l’aéronautique.

Car Lockheed-Martin et son sous-traitant local AIDC ont donc désormais une charge de travail assurée pour les quatre prochaines années. La chaîne de transformation doit en effet tourner à plein régime jusqu’à la livraison de l’ultime F-16V Viper taïwanais à la fin de l’année 2022. Cette modernisation profondeur des vieux General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon devrait leur permettre de servir encore au moins vingt ans.

Cependant pour certains voix sur l’île de Formose c’est aussi un constat d’échec du pouvoir républicain. Beaucoup auraient en effet préférer que la Republic Of China Air Force ne se tourne vers un avion plus récent comme le Dassault Aviation Rafale B/C ou le Lockheed-Martin F-35A Lightning II. Des avions qui auraient à coup sûr permis de rééquilibrer un peu la balance vis à vis du puissant (et un peu belliqueux !!!) voisin communiste.
En filigrane se pose la question de ce que pourraient faire des F-16V Viper face à des Chengdu J-10 ou des Shenyang J-16 ?

Mais alors pour qui est-ce un meilleur coup de pub : la Republic Of China Air Force ou Lockheed-Martin ? Bah en fait à la fois un peu les deux et un peu aucun des deux. Dans le premier cas car autant pour l’utilisateur que le constructeur c’est tout de même une belle vitrine technologique, notamment pour l’avionneur qui montre aux nombreux clients du F-16 Fighting Falcon ce qu’il pourrait leur proposer. Mais dans le second cas c’est aussi deux perdants. La ROCAF démontre qu’elle n’a plus de budgets d’acquisition dignes de ce nom et Lockheed-Martin qu’il n’a pas su placer son F-35A Lightning II auprès d’un client qui n’était pas dans le programme JSF.

Quoiqu’il en soit c’est avant tout une bonne nouvelle pour les pilotes de F-16 taïwanais qui vont pouvoir retrouver un semblant de sécurité à bord de leurs avions.

Photo © Republic Of China Air Force.

Publicité

4 COMMENTAIRES

  1. Ca ne pourrait pas être une bonne solution pour les Belges qui cherchent à changer de chasseurs? Moderniser leurs vieux F-16 en F-16V ça leur permettrait de voir venir pour quelques années non?

    • Voir venir quelques années… ma foi, à mon avis, non, mauvais choix financier et stratégique si la Belgique souhaite demeurer un partenaire majeur de l’OTAN et rester au niveau de ses voisins, tous équipés (ou bientôt équipés) d’appareils bien plus récents (Ef2000, Rafale, et bien sûr F35 pour citer les principaux). Le « pool » de défense aérienne /OPEX communes qu’ils ont avec les Pays-Bas serait également un tantinet déséquilibré, les Néerlandais montant en puissance sur F35.
      Voyons également l’exemple -catastrophique- Suisse, pays neutre autrement moins actif et impliqué militairement à l’international que la Belgique, et qui pâtit pourtant d’atermoiements similaires pour renouveler ses chasseurs de première ligne.

      Alors certes, à l’instar de Taïwan, la transformation des F16-MLU en F16V coûterait bien moins cher aux Belges que l’acquisition d’un appareil neuf (vraisemblablement le F35A d’après les tous derniers sons de cloche), mais très honnêtement, les cellules des Falcons belges n’ont plus beaucoup d’années à tirer, leur disponibilité est d’ailleurs déjà assez basse (quand ils ne sont pas détruits au sol par des armuriers – petite boutade 😛 ).
      Et quand bien même, aller supposons, ils seraient prolongés pour 10-15 ans au standard V, quand les Vipers partiraient à la retraite contraints et forcés, la plupart des appareils des voisins seraient encore en maturité et les futurs remplaçants encore à l’étude ; bref les Belges devraient encore attendre l’apparition d’un nouvel appareil multinational neuf tout en économisant de vieux F16 à bout de souffle sur lesquels ils auraient volé plus de 50 ans… ou pire, envisager de l’occasion pour tenir jusque-là.

      Selon moi, le mieux pour nos amis Belges est encore de se greffer à un programme en cours et suivre le mouvement ; contrairement à Taïwan pour qui ce choix de l’upgrade des F16 me semble plus indiqué (au-delà de l’aspect purement pécunier, le F35 est trop est « sensible » vu la proximité de la Chine, comme le dit justement Olivier 15).

  2. Pour moi ce n’est pas un si mauvais choix. Le F35 ne serait pas le plus adapté, car si il devait y avoir un GROS pépin avec la Chine, les Taiwainais devraient  » jouer à domicile « . Le F35 travaille dans la projection,.. Et on sait ce qu’il donne en chasse pure. Le F16 reste agile, la zone de combat air sera restreinte. Pas sûr que les Flanker et autres gros bimoteurs soient les plus à l’aise.

  3. Je signale un mot oublié :
    Cette modernisation … profondeur des vieux General Dynamics F-16A/B Fighting Falcon devrait leur permettre de servir encore au moins vingt ans.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom