La rumeur se fait de plus en plus insistante dans le microcosme aéronautique européen. Le gouvernement belge de Charles Michel se préparerait à annoncer prochainement l’acquisition du Lockheed-Martin F-35A Lightning II comme successeur du General Dynamics F-16 Fighting Falcon en service dans le pays depuis les années 1970. Il s’agira là de l’épilogue d’un long feuilleton militaro-politico-industriel comme nos amis et voisins belges savent si bien en faire. Et au final une belle désillusion pour celles et ceux qui croyaient en une acquisition estampillée «made-in Europe».

Car Airbus Defense & Space (représentant le consortium Eurofighter) d’un côté et Dassault Aviation de l’autre ont tout fait pour séduire la Belgique avec des retours sur investissement d’environ vingt milliards d’euros. Cela concernait bien entendu l’achat respectif d’EF-2000 Typhoon ou de Rafale. Tandis que Lockheed-Martin a subtilement su demeurer plus évasif sur la question au point que certains doutent même qu’il y ait un jour le moindre transfert de technologie au profit de l’industrie aéronautique d’outre-Quiévrain.

Mais là où l’affaire prend une tournure politique, quasi politicienne, c’est quand on sait que l’on parle d’un des pays les plus europhiles de l’Union Européenne, cela là même qui accueille la capitale des institutions en son sein. Droite et gauche belges s’écharpent sur la question depuis des mois, pas sûr que le premier ministre Michel n’y laisse pas des plumes.

Il faut dire que l’acquisition d’un avion de combat américain, fusse-t-il aussi récent que le F-35A Lightning II ne passe pas très bien auprès de l’opinion publique de cette petite monarchie parlementaire. Beaucoup de sujets du roi Philippe auraient semble t-il eux aussi préféré une solution européenne, et pourquoi pas française.

En fait un ou deux signaux montraient depuis quelques semaines le choix du gouvernement belge en faveur de l’avion américain. Le transfert de l’entraînement des futurs pilotes de chasse de France vers les États-Unis est par exemple totalement cohérent avec l’acquisition de F-35A Lightning II. Et pas uniquement le vieillissement annoncé des Alpha Jet E de la Composante Air.
il paraitrait même que la sélection belge ait été actée en conseil des ministres ce mercredi 17 octobre 2018 à Bruxelles. Les jeux semblent donc bel et bien fait.

Le «fer à repasser» comme ses nombreux détracteurs aiment à le surnommer devrait donc voler sous la cocarde noire, jaune, et rouge à l’horizon 2022-2024.
Et si une partie de la défense européenne passait par le Lockheed-Martin F-35A Lightning II ?

Photo © Lockheed-Martin

 

Publicité

27 COMMENTAIRES

      • Tout ça a cause du French Bashing…
        Avouons le honnêtement : Les français ont été pour le coup, ceux qui ont eu le plus de vision pour l’avenir de l’industrie militaire aérienne Européenne.
        Très tôt, ils ont compris que l’avenir étaient a des appareils léger ultra polyvalent et embarqué là ou les Anglais et les Allemands voulaient un pur appareil de chasse de grande taille.
        Si les anglais nous avaient écoutés, ils n’auraient pas eu besoin d’acheter des F-35 B aux américain : Le Rafale aurait remplacé l’Eurofighter et le Queen Elizabeth aurait été adapté pour les recevoir, l’Angleterre aurait alors pu équiper ses armées avec un seul appareil.
        Quand a l’Eurofighter, sa reconversion de chasseur en chasseur bombardier se fait dans la douleur et prouve la véracité de la formule française d’appareil polyvalent.
        En clair, cette reconversion en chasseur bombardier et l’achat par l’Angleterre de F-35 B sont des preuves que les Français avaient raison, mais qu’on ne les a pas écouté, comme très souvent dans l’UE. Et pourtant, Dassault est probablement la meilleure industrie militaire aéronautique Européenne, L’actuel démonstrateur du Neuron montre que Dassault est toujours a la pointe. Dassault va d’autant plus devenir le leader Européen que les budgets des industries Anglaises et Italienne ont été vampirisés par ce F-35, et que cela fragilise beaucoup les industries militaires de ces pays là ou la France a eu le mérite de faire un choix souverain et est en pleine maîtrise de son industrie militaire tout comme de sa technologie militaire (Merci De Gaulle, c’est grâce a toi tout ça, nous ayant apporté une autonomie nucléaire, nous ne sommes pas dépendant des bombes américaines et donc des avions américains).
        Il est regrettable que les pays Européens, au lieu de s’aligner a l’expérience de Dassault, ont manqués de vision au point de laisser un split se produire. Mais par moment, je ne peux m’empêcher de dire « bien fait pour eux » après tout.

      • Succès et F-35 ne rime pas… Enfin, ça dépend pour qui, nul ne doute que les Américains voient le succès de leur vente de F-35, tant d’un point de vue financier que stratégique (vampiriser les budget Européen pour affaiblir l’industrie militaire Européenne). Sur ce dernier point, le F-35 est un véritable succès !!

  1. On peut faire du mauvais esprit, mais on peut essayer aussi d’être objectif. Le F-35 a été conçu au début des années 2000 alors que la conception des Rafale / Eurofighter remonte au début des années 80.

    Plutôt que critiquer les Belges qui font un choix somme toute rationnel, sans doute faut-il (une fois encore) regretter le temps et l’énergie perdus par l’industrie aéronautique de défense européenne au cours des vingt dernières années.

    • Dans ce genre de décision, le côté technique compte moins que celui de la politique.
      Mais si regardons tout de même ce volet technique: Quand un gouvernement émet un appel d’offre pour un avion de combat, il se base sur un cahier des charges où sont décrites les missions à réaliser par le futur chasseur et ce dans un enveloppe financier et une durée donnés, si les candidats européens ne répondaient pas à ce cahier des charges, leurs constructeurs/gouvernements ne répondraient pas à l’appel d’offre.
      D’autre part, il est heureux que l’Europe a pu conserver son industrie aéronautique de défense, sinon on serait à la merci des USA, et les pays émergents qui n’ont pas encore d’industrie aéronautique forte sont contents de pouvoir choisir entre nous et les USA.
      Enfin, n’oublions pas que les USA étaient (et le sont encore) étonnés qu’un si petit industriel tel que Dassault arrive à réaliser de tels avions avec de si peu de budget (p/r à eux bien sûr)

      • Et oui le rêve de Lockheed-Martin est de couler Dassault. Ce dernier peut être considéré comme une PME par rapport au géant américain. 160 000 salariés et 46 Mds $ CA pour le premier, 11 000 salariés et 5.5 Mds $ CA pour le second. Dassault arrive à faire aussi bien avec moins. C’est grâce à leurs esprits fourbe, espiègle et aux contraintes économique et diplomatique que les US arrivent autant à s’imposer contre la concurrence.

      • De toute façon toute analyse est caduque, le cahier des charges a été fait pour correspondre au F-35. Saab et Boeing l’ont clairement dit en se retirant de l’appel d’offre et la proposition parallèle de Dassault également.

    • Soyons sérieux 5 min. Les missions principales de l’armée de l’air Belge sont principalement la défense aérienne et la police de l’air. Hors, le F-35 est plus un bombardier qu’un chasseur, sa manœuvrabilité, son manque d’autonomie et son rapport poids/poussée en faisant un chasseur médiocre (et je passe volontairement sous silence ses nombreux déboires, son cout d’acquisition, de maintenance et d’heure de vol). Il n’est donc pas véritablement adapté pour les besoins Belges qui ont bien davantage besoin d’un chasseur que d’un bombardier. En cela, l’Eurofighter ou le Rafale (dont la polyvalence lui permet d’exceller dans les 2 rôles) sont bien plus indiqués, en plus d’être un choix politique plus sérieux (Bruxelles est la capitale Européenne !)

      Si Bruxelles choisit d’acheter Américain, autant détruire l’UE, cela prouve que cette institution n’est qu’une mascarade incapable de défendre ses intérêts stratégique. La Belgique fait un choix souverain. Soit. Mais agissant en son nom et non au nom de l’institution Européenne qu’elle est sensé porté, retournons en donc a l’Europe des nations plutôt que d’accepter une trahison d’une telle ampleur !

    • L’appel d’offres avait des critères que seul le F-35 pouvait remplir, c’était biaisé dès le début, Boeing et Saab ont jeté l’éponge et Dassault a tenté une voie parallèle sans succès.

    • « Le F-35 a été conçu au début des années 2000 alors que la conception des Rafale / Eurofighter remonte au début des années 80. »

      Tu parles de quel standard ?
      – Du démonstrateur de vol ACX ?
      – Du standard F-1 ne possédant que des capacités air air ?
      – Du standard F-2 apportant les capacités air sol ?
      – Du standard F-3 apportant la fusion de données, le radar AESA permettant une détection accrue (+50% !) et de plus large bande de fréquences, une discrétion accrue, et de meilleurs capteurs et capacité de reconnaissance, de nouveaux moteurs, évolution du système de guerre électronique et bien sur, le missile meteor.
      – Ou du futur standard F4, qui améliorera encore davantage les capacités de détection du Rafale (notamment des appareils « furtifs », en élargissant encore plus les bandes hausses & basse fréquences) tout en repoussant la portée de détection, en équipant de nouveaux missiles mica, et l’apport de nouveaux casque avec viseur, amélioration de SPECTRA, etc…

      Bah oui, parce que comparer le Rafale standart F3R avec le Rafale des années 2000, c’est déjà la preuve que tu ne maîtrises pas ton sujet, le Rafale n’est pas un avion qui est resté en l’état depuis les années 2000. Au contraire, Dassault a pensé cet avion pour être extrêmement modulaire, ce qui lui permet de s’adapter et d’évoluer très facilement.

      Le F-35 lui, a passé le plus de temps en correctifs qu’en évolution, ces dernières années. Débug du logiciel, des armements, résolution des problèmes diverses donc la liste complète est facilement retrouvable sur des sites spécialisés. Là ou le Rafale « évolue », le F-35″ corrige. Son but est de tenter d’atteindre son cahier des charges là ou le Rafale lui, fait évoluer son cahier des charges. Être objectif, c’est ne pas comparer le F-34 au standard F1 voir à l’ACX (lorsqu’on parle des années 80 !!)

  2. Comme en 1975 quand plusieurs pays européens dont la Belgique ont choisis le F-16 au détriment du mirage F-1. Ils ont compris aussi qu’il fallait mieux se mettre à dos les français que les américains.
    Ce qui a aussi joué c’est que les belges voulaient absolument garder leur capacité à utiliser la bombe atomique américaine B-61. Le Rafale et eurofighter pourraient tout à fait l’utiliser mais le problème c’est que les US ne veulent pas partager les codes de mise a feu si la bombe est utilisée par ces avions. Malin !

    • J’allais mentionner l’épineux problème de la capacité B61 en Europe, merci de l’avoir fait.
      En effet, le F35 a été qualifié sur cette arme modernisée, et les dirigeants belges (dont 2/3 de la composante air est sous disponibilité de l’OTAN) souhaitent ardemment continuer à pouvoir utiliser si besoin les armes nucléaires tactiques américaines stockées sur leur sol. On peut de fait comprendre plus facilement ce futur choix donnant-donnant, particulièrement important pour un pays ne disposant pas de capacités de dissuasion propres.

    • Si ce n’est que ça, vendons quelques têtes nucléaire a la Belgique… Elle aura toujours une meilleure autonomie stratégique qu’avec les américains. Car les Belges ne SONT PAS maîtres des bombes nucléaires qu’ils auront sur leur F-35 : Les codes d’autorisations restent américain. Si les américains disent « no », pas de lancement de bombes ! Il n’y a donc aucune souveraineté de défense stratégique nucléaire. Alors que si on négociait le Rafale et un partenariat nucléaire, pas de soucis ! De toute façon, les Belges ne sont pas belliqueux, et userait de ces bombes dans un simple but de sanctuarisation de leur territoire. Je n’y vois pas d’inconvénients !

      • Vu comme cela ce serait simple en effet, mais les Belges, vu la taille modeste et l’Histoire de leur nation, n’ont à mon avis pas vocation à obtenir la dissuasion nucléaire, ça n’est pas une mince affaire et il faut les épaules / le budget !…

        A travers leur place de membre historique de l’OTAN établie depuis des décennies de Guerre Froide, et c’est compréhensible vu leurs modestes armées, les Belges se sont toujours appuyés sur la défense intégrée de l’Alliance, et au-delà, le concept de « partage nucléaire » dont sont aussi membres Néerlandais, Allemands, Italiens, Turcs. Or sur ces 4 partenaires, 3 se sont engagés -voire volent déjà- avec le F35.
        Même si après la chute du Mur l’on avait eu droit à quelques années de détente, la tendance actuelle sur notre continent est à la fébrilité et au réarmement, et de ce point de vue-là, le partenariat militaire avec les USA semble rassurer -et engranger- autrement plus que l’Europe de la défense. Amer constat, mais c’est un fait.
        Le cas du Royaume-Uni est évidemment le premier qui saute aux yeux (car historiquement ils ont gros un passif de client US), mais plus éloquent encore est celui de la Pologne, membre récent de l’OTAN qui s’équipe en hâte : choix rapide du F16 Block52 et du missile Patriot côté US, et à contratio le contrat des 50 Caracal qui patauge depuis 3 ans alors que ce dernier était pourtant déclaré vainqueur de l’appel d’offres…

        Et de toute façon l’annonce belge en faveur du F35 a été faite aujourd’hui, c’est plié (même s’ils ont fait une déclaration d’intentions pour le programme SCAF et l’achat de blindés en Europe, histoire de rester dans les 50% de matériel d’origine UE et ne pas perdre la face).

  3. Haaaa que l’on ne me parle plus d’Europe ,car vos soi disant partenaires ne jouent pas le jeu, c’est une mascarade cette Europe . Dommage l’idée était séduisante au départ mais maintenant : chacun pour soi ! l’Italie l’a compris .

    • J’avoue Arthur que vous nous avez habitué à des réflexions plus développées et argumentées, et donc je trouve le propos de LolitaDamore très juste.

    • Et moi j’avoue partager entièrement le principe d’Arthur 25, si l’on commence a construire une UE qui ne cherche même pas a minima a protéger ses intérêts, c’est que cette UE n’est qu’une mascarade. Bruxelles plus que n’importe quel pays, a une responsabilité importante, en tant que capitale de l’UE. En choisissant le F-35, Bruxelles trahi les intérêts de l’UE. On ne peut pas défendre une vision fédéraliste tout en faisant soit même du chacun pour soit. Cela démontre bien qu’il y a une Europe du discours, et une Europe des actes qui diverge profondément.
      Le cas Belge est le plus représentatif car Bruxelles est la capitale, mais on pourrait aussi parler des Hollandais, des italiens et des anglais. Les anglais, par le Brexit, se sont volontairement désolidarisé de l’Europe, et leur besoin d’ADAV pour remplacer leurs Harrier justifie en grande partie leur choix de manière argumenté (bien qu’ils auraient pu prévoir leur porte avion Queen Elizabeth de façon a accueillir des Rafales et rester sur un choix plus Européen, mais il n’est pas neuf que les Anglais sont les plus Atlantistes des Européens. De plus, l’Angleterre comme l’Italie, contribue en partie a la défense aérienne Française de par la production/Commande des Eurofighters. En fait, si les anglais se seraient entendu avec Dassault dès le départ sur l’idée d’un appareil marin, l’Eurofighter et le Rafale seraient un seul et même appareil qui aurait équipé entièrement les marines Françaises et anglaises, il n’y aurait peut être pas eu de split sur le projet..

      Le F-35 a pour cible principale de torpiller l’industrie Européenne de défense, et qu’autant de pays privilégient un choix américain au lieu de choix Européen est une véritable insulte a la cause Européenne. En cela, Arthur 25 a raison de dire que l’UE est une mascarade, on vient nous faire de jolis discours sur « Tous ensemble, l’union fait la force, l’UE c’est l’avenir », juste a but électoral, mais lors des actions concrètes, on voit que l’UE est incapable de défendre les intérêts de ses habitants.

      • C’est dingue toi quand tu fais de la politique comme ici sans pratiquement parler d’aviation Arnaud te laisse faire, moi dans les même cas je me fais censurer. C’est ton pote ou alors il a peur de toi? C’est l’un ou l’autre.

        • Je pense déjà que d’associer « achat de chasseur », « géostratégie » et « politique Européenne » n’est pas vraiment décoléré dans le cas de l’achat de F-35 par la Belgique,
          Ensuite, je ne parle pas de politique en dehors du cadre du sujet (Je ne fais la pub d’aucun parti politique, si s’était le cas, Arnaud aurait bien raison de me censurer car ce n’est pas le lieu pour parler de cela, Mais parler « vision Européenne » et « stratégie de défense » me semble avoir sa place dans un sujet dédié a la vente d’avion de chasse a la capitale de l’union Européenne.

          Ensuite, je ne connais pas Arnaud, et je pense que ça le ferait beaucoup sourire de suggérer que nous sommes potes, car en généralité, nous sommes la plupart du temps fortement en désaccord sur beaucoup de sujets et je ne pense pas du tout qu’il m’apprécie, je trouve pour ma part sa vision beaucoup trop Atlantiste et anti-Russe a mon gout, là ou j’opte personnellement pour une vision bcp plus neutre et bcp moins bipolarisé de la géopolitique mondiale, tant vis a vis de l’Est que de l’Ouest. D’où le fait qu’une industrie de défense Européenne nous permettrait de prendre de la distance avec les 2 blocs sans être qualifié de « pro ricain » ou « pro russe ». Je n’ai pas envie de refaire la guerre froide.

          Et je pense qu’Arnaud serait encore plus hilare a la suggestion qu’il aurait « peur » de moi. Je ne suis après tout qu’un Internaute, y a plus impressionnant quand même xD

          Enfin, dire que je ne parle pas d’aviation… T’as pas du bcp me lire. Mais je pense également que le choix Belge ne s’est pas fait pour des raisons de technicité mais de politique. En vérité, rare sont les pays qui procèdent a des achats d’avions pour des raisons techniques ! Le sujet actuel est juste plus a même de déclencher une discussion sur la stratégie de défense Européenne que sur la technicité des appareils, mais ce n’est pas le cas pour d’autres sujets !

  4. Le projet nord américain et/ou russe de disloquer l’Europe est d’actualité. Quid de la cible pour l’atteindre car elle est l’essence même du contre pouvoir unilatéral dont certains barrés du bulbe rêvent. Tenir captifs des nations européennes dans l’escarcelle du complexe militaro-industriel US est un but en soi pour la majorité du Congrès US. Quand la géopolitique et géostratégie mondiale notamment méditerranéenne fera que cette partie du monde appelée Europe sera devant les pires dangers, la petite Belgique sera lâchée par les USA dont l’altruisme ne se résume qu’en dollars. Assurément que l’Allemagne et la France lui rappelleront cette féodalité de circonstance. Idem pour la Pologne qui sera croquée toute crue par la Russie…
    Mais le grand danger pour l’Europe, outre la sempiternelle main-mise américaine sur son autonomie viendra des chocs politiques comme nous le connaissons avec l’Italie et son incapacité à établir un état fort, la crise de la dette souveraine va affaiblir le vieux continent. Pis quand l’exponentielle vague migratoire sera récupérée par les tenants du salafisme wahhabite, étendards du conflit de civilisation à venir…Quel sera le poids de la Belgique avec ses quelques F35 quand ses villes seront submergées par la haine et l’insurrection ? lol
    RDV est pris et malheur à la France si elle est submergée au point de ne plus contrôler une partie de ses 54 réacteurs nucléaires civils . Boom !

  5. La Composante Air vole sur des avions U.S depuis 1965 (d’abord les F-104 « Widow Maker »… euhh pardon « Star Fighter », puis les F-16), il parait logique qu’il décide de rester avec le même partenaire.
    Par contre il aurait été largement plus logique pour eux de partir sur des F-16 block 80/85 « Viper », l’adaptation pour les pilotes et les coûts de formation auraient été plus confortables. Les belges ont besoin d’appareil pour faire principalement de la police de l’Air.

    Quant au Rafale, peut-on vraiment parler de défaite quand on sait que le projet de Dassault n’a même pas dépassé le bureau du Cabinet de la Défense Belge. Le choix final se jouait entre le Typhoon et le F-35, Boeing ayant claqué la porte en s’étant plaint que le cahier des charges était taillé pour l’appareil de LockMart.
    Pas de regret je pense vu que le gros bimoteur de la firme de Seattle ne semblait pas adapté aux besoins belges.

    Arrêtons donc de chouiner comme des enfants boudeurs, les belges gardent leur partenaire historique, et c’est justement l’histoire et les retours de leur pilotes qui rendront justice aux qualités de l’appareil choisi.

    Et pour rappel les Belges n’ignorent pas entièrement l’Europe de la défense vu qu’ils achètent en parallèle 442 blindés français pour 1,5 Mds d’euros.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom