Voilà un avion qui risque bien de faire parler de lui au Pentagone et dans les corridors de l’OTAN. Le ministre russe de la défense, monsieur Sergeï Shoigu, a annoncé ce mercredi 30 janvier 2019 que son pays allait recevoir ses premiers Tupolev Tu-160M de série dans le courant de l’année 2021. Cet avion doit permettre aux forces aériennes russes de patienter jusqu’à l’entrée en service du futur Tupolev PAK DA, un bombardier furtif annoncé pour la seconde moitié de la prochaine décennie. Il faut souligner que depuis décembre 2014 il existe un avion de présérie de ce futur Tupolev Tu-160M2.

Comme souvent avec tout ce qui concerne les marchés publiques d’armement en Russie les informations sont à prendre avec d’énormes pincettes. Bien sûr Shoigu ne se serait pas ainsi mouillé s’il n’avait pas reçu de l’avionneur Tupolev toutes les assurances que la Russie recevra bien au moins deux exemplaires de l’avion. D’ores et déjà on sait que dans la nomenclature de l’OTAN ils seront désignés Blackjack-B. Surtout les Tu-160M2 permettront à la force aérienne russe de maintenir des forces aériennes stratégiques en attendant l’arrivée entre 2028 et 2030 du futur PAK DA furtif.

Dans un premier temps Tupolev devrait moderniser au standard M2 dix des douze Tu-160 d’origine encore en dotation dans les rangs de l’aviation russe. Mais par la suite il est fort possible que l’avionneur ait l’ordre de construire entre trente et cinquante nouveaux avions. C’est en tous cas le souhait des décideurs moscovites.

Si extérieurement rien ou presque ne différenciera les Tu-160 d’origine aux futurs Tu-160M2 c’est à l’intérieur de l’avionique et de l’armement que la différence se fera. Le poste de pilotage devrait être profondément revu et corrigé afin d’accueillir des écrans LCD en lieu et place des cadrans d’origine tandis qu’une nouvelle chaîne de communication encrypté sera installée. Le futur système d’arme devrait de son côté favoriser l’emploi de munitions à guidages laser et/ou inertiel.
La structure en titane et le fameux soudage par faisceau d’électrons devraient être revus et corrigés. Une peinture de revêtement à faible signature est également annoncé, permettant de rendre le Tu-160M2 plus discret. À défaut d’en faire un avion furtif, au moins l’aviation russe en fera un avion moins aisé à détecter par les stations radars et les AWACS des forces de l’OTAN.

Le retrait progressif du service des Tu-160 d’ancienne génération doit commencer cette année, permettant ainsi leur dépose complète avant remontage au standard Tu-160M2. Ce qui laissera alors le temps au Kremlin de choisir entre un nouveau lot de tels avions ou une hypothétique accélération du programme PAK DA. Clairement la première solution semble la plus facile à tenir.

Lorsque ces dix futurs Tu-160M2 seront en service opérationnels ils voleront aux côtés des Tu-22M3M eux aussi à venir. Il est à signaler qu’esthétiquement parlant il y aura bien moins de différences entre un Tu-160 et un Tu-160M2 qu’entre un Tu-22 et un Tu-22M.
En même temps ce n’est pas difficile.

Photo © OTAN.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. « Mais par la suite il est fort possible que l’avionneur ait l’ordre de construire entre trente et cinquante nouveaux avions. » cela m’étonnerait fortement. Je ne suis même pas confiant que la Russia construira des nouveaux Tu-160M2. Je parirai plutôt sur une modernisation d’une partie de la (petite) flotte de Tu-160 et puis quelques PAK-DA.
    Je vois mal la Russia moderniser des Tu-160, produire des Tu-160M2, produire des PAK-DA et produire des PAK-FA pour ça propre force aérienne.

    • Opinion partagée, je trouve ces plans exagérément optimistes, ou alors c’est que du jour au lendemain tout va pour le mieux niveau budget pour les Russes.
      Mettre à jour les 10 Tu-160 existants serait déjà une belle chose en soi avant de parler de rouvrir la ligne de production, car n’oublions pas que de nombreux autres chantiers sont en cours pour l’armée de l’air russe : production des SU-30SM, 34, 35, 57, Mig-35, remise à niveau des Mig-31, Tu-22M, développement du PAK-DA, des drones (dont un UCAV proche esthétiquement du Neuron : https://www.airrecognition.com/index.php/archive-world-worldwide-news-air-force-aviation-aerospace-air-military-defence-industry/global-defense-security-news/2019-news-aerospace-industry-air-force/january/4801-russia-launched-trials-for-its-okhotnik-heavy-ucav.html) et de quelques avions ELINT…
      Si l’on ajoute encore à cela le reste de la Défense, avec l’aéronavale (en déliquescence), la marine, l’armée de terre (voilures tournantes type KA-52 et Mi-28 + renouvellement des blindés avec le programme ARMATA), les 2 nouvelles classes de sous-marins nuc en cours… franchement cela me semble monstrueusement ambitieux de prétendre mener tout cela de front, et cela me laisse sceptique.

      Ces considérations personnelles mises à part, la modernisation pour prolonger les 2 types de bombardiers lourds existants durant « plusieurs décennies » (dixit les annonces) annonce en filigrane un fort retard du programme PAK-DA que je pressentais déjà avec l’annonce de modernisation des Backfire au standard M3M.
      Rappelons que même si le plus grand mystère pèse sur le développement de ce futur appareil, ce dernier est tout de même censé voler en 2019 et qu’à l’heure actuelle, à part des infographies discordantes sur le concept et quelques annonces vagues sur le moteur testé et l’usage de caractéristiques furtives, aucun prototype concret n’a montré le bout de son nez, ce qui ne laisse pas augurer d’un avancement optimal.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom