L’affaire embarrasse jusque chez Airbus DS alors même que l’avionneur n’est pour rien dans cette transaction. La célèbre ONG journalistique OCCRP a décidé de tirer le signal d’alarme concernant la vente annoncée de deux avions-cargos Casa C-295 appartenant à la Jordanie en direction du Myanmar. Ce dernier pays sanctionné par l’ONU ne devrait en effet pas pouvoir acheter un tel matériel actuellement. Une polémique qui relance le débat sur les autorisations de revente en seconde main des aéronefs.

Pour mémoire c’est en juillet 2018 que la Royal Jordanian Air Force a décidé de proposer à la vente ses Casa C-295. À cette époque là les avions en question étaient au nombre de quatre : trois acquis en 2003 et un dernier en 2015. Celui-ci d’ailleurs partit assez vite. Cependant les trois autres, de plus ancienne génération, n’attiraient pas grand-monde. Des négociations eurent bien lieu début 2020 avec l’Égypte pour le rachat de ces machines mais en raison de la crise sanitaire elle en restèrent là et les trois avions ne furent pas rachetés.
Jusqu’à ce début janvier 2021 où des signaux montrèrent un intérêt de la part de la Myanmar Air Force qui cherche depuis longtemps à gonfler sa capacité de transport tactique qui se résume actuellement à une dizaine de Harbin Y-12 et Shaanxi Y-8 de facture chinoise. Les C-295 ex-jordaniens apporteraient en effet un vrai plus à cette force.

Jusque là rien d’anormal, la plus part des forces aériennes dans le monde se revendent des matériels les unes par rapport aux autres. Sauf que le Myanmar se trouve depuis 2019 sous une des plus strictes séries de sanctions économiques et militaires de l’histoire du droit international. Initié par l’Union Européenne elles ont été validé par l’ONU et ratifié notamment par le Japon et la Russie. La Chine et les États-Unis se sont cependant abstenus, sans pour autant y apposer leur véto !
En fait les Européens interdisent tout commerce de matériels de défense avec le Myanmar depuis 2012 et la découverte des crimes commis contre les 600 000 à 800 000 Rohingyas présents dans le pays.

Outre l’Organized Crime and Corruption Reporting Project d’autres organisations non gouvernementales à l’image de Human Right Watch ont appelé à tenter d’empêcher la livraison de ces deux avions de facture espagnole.

Désormais c’est donc aux diplomates d’entrer en jeu pour tenter d’empêcher cette vente. Car ces sanctions ne sont pas un embargo et donc rien n’oblige la Jordanie a soutenir l’action onusienne. Pourtant avec le changement d’administration aux États-Unis et le retour à la normale qui s’en suivra dans les relations diplomatiques américaines il y a fort à parier que Washington DC désormais soutienne ces sanctions. Même si la vente semble d’ores et déjà avoir été finalisée entre les deux pays les Casa C-295 sont actuellement encore sur le sol jordanien. Ils ne devraient pas être livrés avant février ou mars.

Photo © Royal Jordanian Air Force.

Publicité

9 COMMENTAIRES

        • C’est marrant ça, mais ça m’aurait vraiment étonné que j’ai raison face au grand VoltaireFr et à ses certitudes inébranlables. En tous cas en 2021 vous n’avez pas changez, vous êtes toujours aussi négatif dans vos commentaires et toujours aussi péremptoires !

      • @Arnaud :
        Quand même ! Vous auriez pu écrire « le Myanmar (anciennement Cambodge) », et tout le monde aurait été content. Il y a quand même eu une palanquée de changements de noms sur les cartes géographiques depuis 1991.

        Perso, il m’a quand même fallu une poignée de secondes pour me ressouvenir que « Myanmar = Cambodge ».

  1. lol, le Myanmar est Myanmar depuis 10 ans, faudrait se mettre à la page les râleurs… 😉
    Râleur, gogole est ton ami, il suffit de taper Myanmar dans la barre de recherche.
    A noter que le Myanmar donc possède déjà au moins deux CN235, en livré civile

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom