L’accident a profondément heurté les soldats engagés dans la FISNUA, la Force Intérimaire de Sécurité des Nations Unies pour Abiyé. Ce samedi 9 février 2019 un hélicoptère de transport Mil Mi-8 a eu un accident à proximité de cette commune disputée par le Soudan et le Sud-Soudan. Trois des vingt-trois passagers et membres d’équipages sont décédés dans l’accident tandis que dix autres ont été hospitalisés, dont quatre en état jugé inquiétant. La totalité des passagers étaient des fantassins éthiopiens.

L’hélicoptère revenait d’un mission de relève de forces terrestres quand à l’approche de sa base il a heurté violemment le sol mais également des conteneurs de stockage. Fort heureusement aucun incendie ne s’est déclaré lors de l’écrasement de ce Mil Mi-8. Les troupes des Nations Unies, les fameux Casques Bleus comme on les appelle, sont arrivés très rapidement pour extraire leurs collègues et tenter d’en sauver le plus grand nombre.

Malgré la rapidité de leur intervention ils n’ont pas réussi à sauver trois d’entre-eux. Parmi les vingt survivants dix ont été hospitalisés dont le pilote pour qui le pronostic vital a été engagé. Pour l’heure l’ONU se refuse à donner des pistes quand à l’origine de ce drame.
Une demi-douzaine d’autres hélicoptères est également déployée à Abiyé par l’Éthiopie et la Russie. Le premier de ces deux pays aligne notamment un Bell 205 et deux Mil Mi-24. Ces derniers, armés, assurent les missions de couverture aérienne au profit de la FISNUA.

Présente dans cette ville frontalière du Soudan et du Sud-Soudan depuis l’été 2011 la Force Intérimaire de Sécurité des Nations Unies pour Abiyé (également connue comme UNISFA) est composée à près de 95% par des forces armées africaines, principalement éthiopiennes.
Elles ont pour mission principale de s’interposer entre les militaires soudanais et sud-soudanais, ces deux pays revendiquant la possession de ce territoire. Cette dispute n’est pas uniquement territoriale mais également économique, le territoire sous contrôle de cette ville regorgerait de pétrole.

Immédiatement après l’annonce de ce crash les deux parties en cause ont immédiatement annoncées ne pas être responsables du drame, tout en accusant l’autre. Il faut dire que si une des deux se révélait coupable cela pourrait faire pencher la balance en sa défaveur et aller dans le sens de ceux qui à New York veulent anéantir les forces militaires soudanaises et sud-soudanaises de la région. Ces deux pays sont fréquemment pointées du doigt par certaines ONG comme Human Right Watch pour leur enrôlement d’enfants soldats et leurs pratiques courantes de crimes de guerre !
Mal connue en Amérique du nord et en Europe la FISNUA remplit pourtant un rôle primordial. Il faut malheureusement un drame comme celui-ci pour la remettre en lumière.

Photos © ONU.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom