L’avionneur européen est, on le sait, engagé depuis pas mal de temps dans la technologie des avions électriques. Et ce mardi 5 février 2019 Airbus a annoncé son intention de lancer l’an prochain une course d’avions légers à propulsion électrique baptisé Air Race E. Une compétition qui devrait permettre à l’industriel de découvrir des jeunes talents autrement qu’en allant les chercher sur les bancs des écoles d’ingénieurs. Une manière aussi de redorer son blason à un moment où on annonce de plus en plus l’abandon de l’aventure technologique de son très-gros-porteur A380.

Air Race E c’est sur le papier une course d’avions assez classique. Il s’agira par manche de huit avions bouclant le plus vite possible un circuit fermé de cinq kilomètres, le tout à dix mètres du sol seulement. Sauf qu’à la différence des autres courses comme Air Race 1, de Red Bull Air Race, ou encore des courses de Reno les avions ici ne pollueront pas du tout l’environnement. Air Race E, comme la lettre E l’indique, sera une course aérienne où seuls des avions légers à propulsion électrique seront admis.

En 2020 donc cette compétition verra le jour. Et d’autres partenaires vont rejoindre l’avionneur européen. On compte notamment l’université anglaise de Nottingham qui met actuellement au point un tel avion léger avec une avionique nouvelle génération, un moteur et des batteries de la conception de ses chercheurs et étudiants.

La création de cette Air Race E est aussi la démonstration de deux phénomènes clairement établis de nos jours. Le premier est le total retour depuis une quinzaine d’années du principe des courses aériennes, un peu tombé en désuétude au début des années 1930 et seulement relancé par celles de Reno dans le Nevada. Le second est le fait que l’aviation électrique n’est désormais plus un fantasme de militants écologistes et/ou de gentils Géo-trouve-tout : c’est une réalité palpable.

Le fait qu’Airbus annonce la création de Air Race E en ce mois de février 2019 est pourtant troublant. En effet une annonce est attendue entre ce mercredi 13 et ce vendredi 15 quant à l’arrêt de la production du quadriréacteur très-gros porteur A380, faute de clients. On pourrait alors penser qu’Air Race E devienne une sorte de contrefeu pour l’avionneur européen. Ou alors simplement une mauvaise question de timing.

Illustration © Airbus

Publicité

1 COMMENTAIRE

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom