C’est l’évènement sportif de l’année aux États-Unis, un peu comme un OM-PSG en foot ou un France-Angleterre en rugby chez nous. Le Super Bowl c’est la grand-messe du football américain, la finale de leur championnat national, et c’est forcément en présence des plus hautes instances civils du pays donc du Président des États-Unis. Ce qui implique une bulle de sécurité la plus étanche possible et des hélicoptères des forces de l’ordre qui surveillent étroitement la zone. En raison de l’aspect sensible de la manifestation sportive ce sont les agences fédérales assistées de l’US Coast Guard qui sécurisent le ciel.

Et traditionnellement le Super Bowl n’est pas placé sous le contrôle du FBI mais du CBP, le Customs and Border Protection moins connu en Europe car moins médiatisé. Cette administration des douanes américaines dispose de moyens aériens conséquents. Rien que pour surveiller le SoFi Stadium d’Inglewood en Californie où se déroulait la rencontre cinq de ses hélicoptères étaient déployés : deux Eurocopter AS.350B A-Star et trois Sikorsky UH-60M Blackhawk. Chaque hélicoptère n’avait pas forcément le même rôle que les autres.

La livrée des Blackhawk de la CBP demeure une des plus élégantes pour un hélicoptère de ce genre.

Quand les deux A-Star, le nom américain de l’Écureuil, assuraient des missions de surveillance rapprochée et de reconnaissance les trois Blackhawk avaient chacun leur propre mission. Le premier était destiné à opérer des rotations permanentes au-dessus du stade, ne retournant se poser que pour avitailler en carburant et se positionner en attente. Pendant ce temps là un autre UH-60M décollait et prenait sa place. Le troisième appareil assurait lui le commandement aéroporté et le contrôle visuel de l’espace aérien.
Le Blackhawk laissé en attente sur la DZ à proximité du SoFi Stadium assurait également l’éventuel embarquement de commandos antiterroriste.

À ces cinq hélicoptères s’ajoutaient trois hélicoptères de l’US Coast Guard : deux American Eurocopter MH-65D/E Dolphin dont la mission était de surveiller l’espace maritime proche du stade. Un Sikorsky MH-60T Jayhawk était quand à lui également en alerte sur la DZ, capable de déployer dans les délais les plus brefs une force de réaction rapide.
Un peu plus loin, à l’abri des regards, se cachaient deux Sikorsky VH-60N Whitehawk de l’US Marines Corps. Ils étaient présents au cas où il aurait fallu exfiltrer Joe Biden ou Kamala Harris.

Le ciel du SoFi Stadium était sous étroite surveillance.

Fort heureusement ce Super Bowl LVI s’est déroulé sans le moindre souci. Aucun aéronef n’a tenté de violer la bulle de sécurité aérienne, même pas de drone, et aucune menace sérieuse n’a été détectée dans les travées du stade. Ce dimanche 13 février 2022 les Los Angeles Rams ont pu l’emporter 23 à 20 sur les Cincinnati Bengals et les fans de sports US ont eu la chance d’écouter à la mi-temps les rappeurs 50 cents, Eminem, ou encore Dr Dre faire leur show.
L’Amérique était heureuse et les détenteurs des droits télé un peu plus riches encore.

Photos © US Department of Homeland Security

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom