L’accident démontre que l’increvable bimoteur continue de voler quotidiennement plus de 83 ans après le vol de son prototype, un record absolu ! Ce samedi 9 mars 2019 un avion de ligne Douglas C-47B Skytrain s’est écrasé non loin de la ville de Villavicencio dans le centre de la Colombie qu’il devait desservir depuis San José del Guaviare. L’accident n’a laissé aucun survivant parmi les douze passagers et membres d’équipage de l’avion. Les secours auraient mis plus de trois quart d’heure à arriver sur place.

Immatriculé en Colombie HK-2494 ce Douglas C-47B Skytrain appartenait à la compagnie aérienne colombienne Laser Aéreo Colombia spécialisée dans les vols intérieurs courts. C’est vraisemblablement la météo qui serait à l’origine de l’accident mais les autorités aéronautiques colombiennes n’excluent absolument pas le péril aviaire particulièrement meurtrier dans l’aviation civile de ce pays sud-américain. La commune de San Carlos de Guaroa où se trouve le site du crash est d’ailleurs connu pour abriter une réserve ornithologique majeure en Colombie.

Lorsque les équipes de secours sont arrivées sur place elles n’ont pu que constater le décès des douze personnes se trouvant à bord de l’avion. L’avion quand à lui était littéralement coupé en deux, il semble que le pilote ait tenté d’atterrir au milieu d’un terrain agricole particulièrement boisé.

Si en Europe occidentale les vols sur ce type d’avion sont réservés aux passionnés d’aviation et aux curieux lors de meetings aériens il faut savoir qu’ils demeurent encore très courants dans certaines parties de la planète. En Afrique sub-saharienne et en Amérique centrale et du sud les ex-Skytrain sont communément employés comme avions de ligne.
Construit en 1945 cet exemplaire, type C-47B, avait été employé par l’US Army Air Force puis par l’US Navy comme R4D-1. Entre 1971 et 1980 il avait volé sous diverses livrées civiles américaines puis il a rejoint la Colombie. Là il a appartenu à plusieurs compagnies aériennes locales. Laser Aéreo Colombiana exploitait cette machine depuis octobre 2015.
Comme souvent en Colombie il est impossible de savoir dans quel état se trouvait ce bimoteur avant son accident.

Photos © AFP.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. La collision aviaire est un peu trop souvent avancée lors d’un accident (comme certains pour le crach du Mirage 2000 D récemment)
    Une collision aviaire ne met pas au tapis un avion à lui seul.
    Dans le cas présent , sans connaittre le contexte, on peut relever certains éléments:
    – la végétation est relativement basse,
    – il n’y a pas de trace laissées par l’avion à l’arrière,
    – il semblerait que l’avion a chutée verticalement,

  2. C’est bien tragique. Un documentaire édifiant avait été diffusé en France sur le quotidien de ces pilotes de brousse d’un courage peu commun (vu les conditions dans lesquelles ils volent souvent) et leurs machines, je l’ai retrouvé sur Youtube si cela ne contrevient pas au règlement du site.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom