Washington DC autorise Israël à acheter de nouveaux F-35I Adir.

C’est une demi victoire diplomatique et politique pour le cabinet de Benyamin Netanyahou. Ce mardi 4 juin 2024 l’administration Biden a donné son aval afin que Heyl Ha’Avir puisse commander vingt-cinq avions de combat furtifs Lockheed-Martin F-35I Adir supplémentaires. Le contrat est annoncé par les Américains et les Israéliens à trois milliards de dollars US, soit nettement plus que ce qui était attendu. Dans le même temps les intentions de Tel Aviv autour du Boeing F-15EX Eagle II ne débouchent toujours sur rien.

Le Président des États-Unis Joe Biden a été obligé de jouer à un numéro d’équilibriste digne du cirque Barnum pour faire passer ce contrat de vingt-cinq avions de combat de 5e génération aux profits de l’état hébreu. Dans son propre camp, le parti démocrate américain, militants et élus sont divisés sur la question israélienne. Quand certains soutiennent ouvertement et sans aucun questionnement l’emploi de la force contre les terroristes du Hamas et les populations civiles gazaouies d’autres sont nettement plus critiques voire sont totalement hostiles à la guerre menée par Tsahal et Heyl Ha’Avir contre ce petit bout de Palestine qu’on appelle Gaza. Autant dire que pour faire passer la pilule de la commande des vingt-cinq Lockheed-Martin F-35A Lightning II, localement appelés F-35I Adir, il a été obligé de faire des concessions. Et celles-ci ne sont pas du tout à l’avantage de Tel Aviv.

Trois milliards de dollars US pour vingt-cinq avions de combat F-35A cela peut paraître finalement assez peu. Sauf qu’Israël n’est pas une cliente comme les autres, elle possède déjà de tels avions de ce type et pourrait prétendre à une certaine remise. Cela a existé avec des pays comme l’Italie ou le Royaume-Uni. Malheureusement pour les Israéliens la période n’est pas la meilleure pour acheter du matériel militaire aux États-Unis. Ils payeront leurs vingt-cinq avions furtifs plein tarif. Dans le même temps on a appris que l’état hébreu ne sera pas prioritaire pour recevoir ses nouveaux F-35I Adir. Il devra patienter au même titre que l’Allemagne, la Belgique, ou encore la Suisse. Les premiers exemplaires ne seront pas livrés avant quatre ans.

Surtout alors que l’avion a officiellement été commandé par Heyl Ha’Avir depuis 14 mois l’administration Biden traîne toujours des pieds pour valider cette acquisition. Les démocrates craignent que l’aviation israélienne n’en fasse un avion de frappe lointaine, vers l’Iran. Avec le risque d’embraser l’ensemble du Proche et du Moyen-Orient. C’est donc bien une demi victoire pour le premier ministre israélien. Il a eu ses vingt-cinq Lockheed-Martin F-35I Adir mais avec un délai de livraison long et un prix élevé sans pour autant réussir à faire plier le président américain sur le nouveau biréacteur de combat de son industrie.

Affaire à suivre.

Photo © Heyl Ha’Avir


En savoir plus sur avionslegendaires.net

Abonnez-vous pour recevoir les derniers articles par e-mail.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Picture of Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

R.A.F. NE.1

Si de nos jours les avions de combat comme le Dassault Aviation Rafale ou l’Eurofighter EF-2000 Typhoon sont aptes à voler de jour comme de

Lire la suite...