Il s’agit d’une série d’exercices préfigurant au déploiement prochain du porte-avions USS Harry S. Truman. Entre ce lundi 11 et ce vendredi 15 mars 2019 les équipages des Boeing F/A-18E et F/A-18F Super Hornet de l’escadron VFA-136 Knighthawks de l’US Navy se sont entraînés aux procédures de défense aérienne et d’interception. C’est depuis leur antre de NAS Lemoore que ces avions ont pris les airs. L’occasion pour eux de se frotter aux Agressors de l’aéronavale américaine.

Super Hornet du VFA-136 Knighthawks en formation.

Pour l’occasion donc l’escadron VFC-13 Saints avait déployé sur NAS Lemoore quatre de ses biréacteurs Northrop F-5E Tiger II. Habituellement ces avions sont stationnés à NAS Fallon dans le Nevada. Ils ont été chargé durant ces quelques jours d’aider les pilotes de l’escadron VFA-136 Knighthawks à conserver leurs réflexes et à réviser les procédures à l’encontre d’avions de combat jugés hostiles.
Afin de simuler l’interception d’un avion de ligne l’US Navy a eu, comme souvent désormais, recours à un Boeing C-40A Clipper de l’escadron VR-59 Lone Star Express.

Et le moins qu’on puisse dire c’est que les femmes et les hommes de l’US Navy ont été chanceux. Outre une météo archi clémente sur la Californie ils ont pu disposer d’espaces aériens dégagés au-dessus de l’océan Pacifique. En effet, fait rare, ils étaient les seuls équipages en exercice à ce moment là dans le ciel de cette partie des États-Unis.

Du coup ils ont pu opérer par patrouille de trois et quatre avions, et intercepter aisément les plastrons volants C-40A Clipper et F-5E Tiger II. Des conditions jugées même presque trop parfaites et qui ont obligées les instructeurs à corser les exercices en cours de route.
Ainsi certains décollages en alerte se sont faits alors même que les pilotes revenaient à peine de missions. Pas de place pour a fatigue dans cette série d’entraînement, l’aéronavale a brûlé quantité de carburéacteur.

Un œil avisé aura remarqué que ces avions emportent un armement bon de guerre, et non d’exercice.

Dans quelques jours, au début du printemps le porte-avions USS Harry S. Truman devrait reprendre la mer. Dans le même temps il faut souligner que ce puissant bâtiment de guerre est actuellement au cœur d’une bataille politico-budgétaire entre militaires et parlementaires américains autour d’un possible retrait du service anticipé. Non pas pour des raisons d’efficacité mais plutôt de rendement.
Loin de ces considérations les femmes et les hommes de l’escadron VFA-136 Knighthawks et leurs Super Hornet assureront donc sa protection air-air.

Photos © US Navy.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom