Qui a dit que les hélicoptères d’assaut et de manœuvres faisaient de mauvaises machines de combat ? Sûrement pas les décideurs émiratis si on en croit le dernier kit mis au point par leurs industries pour le compte de leurs Sikorsky UH-60M Blackhawk. Désormais ces hélicoptères biturbines sont devenus de vrais hélicoptères de combat qui n’ont rien à envier aux plus récentes versions du Mil Mi-24 ex-soviétique. Et ce sont actuellement les forces spéciales des Émirats Arabes Unis qui en profitent.

Officiellement le Joint Air Command émirati qui réunit des moyens aériens au profit aussi bien de la force aérienne, que de l’armée, de la marine, ou encore des forces spéciales ne possède que trente hélicoptères de combat. Il s’agit de vingt McDonnell Douglas AH-64D Apache et de dix Boeing AH-64E Guardian. Ça c’est sur le papier.
Car désormais les militaires émiratis peuvent s’appuyer sur une dizaine de kits permettant de transformer leurs placides Sikorsky UH-60M Blackhawk en véritables bêtes de guerre. Très proches du Direct Action Penetrator qui permet au MH-60L du 160th Special Operations Aviation Regiment de se transformer en canonnière volante ces kits ont été développés conjointement par Sikorsky et les Émirats Arabes Unis.

Ils se composent d’un mélange entre une capacité d’emport d’armement offensif et une avionique spécialement adaptée. Des paniers de sept à dix-neufs roquettes Hydra de 70mm, des missiles antichars AGM-114 Hellfire, et surtout des mitrailleuses à grande cadence de tir de calibre 7.62mm type Minigun. De quoi faire de ces UH-60M des hélicoptères aptes à la fois aux opérations spéciales qu’à l’attaque au sol classique. Niveau avionique un FLIR Brite Star Mk-II de nouvelle génération à capteurs électro-optique et infrarouge couplé à un radar de terrain dernier cri.

En outre les Émirats Arabes Unis espèrent bien pouvoir fournir de tels équipements aux utilisateurs des versions les plus récentes du Blackhawk. Un protocole d’accord semble exister également avec Sikorsky au sujet des clients ou futurs clients du S-70I, la version la plus récente produite en Pologne par PZL-Mielec, branche locale de l’hélicoptériste américain.
Reste à savoir si ce programme émirati ne finira pas comme l’AH-60 Arpia colombien, à savoir un coup de maître… mais sans suite. Seul l’avenir nous le dira.

Photo © United Arab Emirates Air Force.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. Quid de la stabilité de la bête lors de tirs? Les Agusta belge par exemple ne tirent plus (ou quasi plus) de missiles car l’hélicoptère devient très instable. En gros: tirer est trop dangereux pour le tireur.

  2. Livraison entre 1991 et 1994.
    Mise au standard D.
    1 janvier 2011, en service, 12 A et 14 D.
    12 juin 2016, un s’écrase au sol.
    1 janvier 2017, les 30 sont en service, et 37 sont encore commandés.
    28 sont achetés sur le marché de l’occasion, et les 9 autres sont neuves.
    Radar modernisé, et boule optronique, pour l’observation et l’acquisition de cibles,
    de jour comme de nuit.
    17 octobre 2017, un D, s’écrase au sol.
    1 mars 2018, en service, 30.
    1 mars 2019, en service, 30.

  3. Très intéressant, en tant que fan de gunships je suis toujours séduit par ces versions musclées de tranquilles hélicos de transport (et ce depuis le Huey). Il n’en reste pas moins que la comparaison avec les MI-24 et ses dérivés modernes s’arrête assez tôt, car si niveau armement l’UH60M soutient la comparaison et les surpasse même en technologie et senseurs, la cellule même des Blackhawks n’a pas la survivabilité -et notamment le blindage- du tank volant ex-soviétique (dont la silhouette, disposition pilote / tireur similaire à un hélico d’attaque en disait long sur la doctrine dès la conception).
    Cela ajoute un fort potentiel de punch à l’hélicoptère de Sikorsky, c’est indéniable, mais à mon sens cela n’en fera jamais un vrai chopper d’attaque.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom