C’est un vrai coup dur pour l’entreprise russe United Aircraft Corporation. Son avion de ligne de nouvelle génération Irkut MC-21 subit de plein fouet les sanctions économiques votées par Washington à l’encontre de la Russie suite à l’annexion militaire de la Crimée. Pour cet avion destiné à tenter de disputer la suprématie des Airbus A320 et Boeing 737 c’est l’approvisionnement en matériaux composites qui est visé. Pour autant le conglomérat Rostec qui possède UAC estime que cela ne fait que retarder l’entrée ne service opérationnel de cet avion.

Et pour le moins c’est une des parties essentiels de l’avion de ligne qui possède le plus fort taux de pièces en matériaux composites : les ailes. Ceux-ci sont fabriqués aux États-Unis et livrés bruts en Russie afin qu’ils soient ensuite usinés pour devenir des pièces d’avions.
Parmi les parties qui font appel aux matériaux composites américains on retrouve aussi le nez de l’avion et plusieurs éléments structurels dans la cabine de l’avion.
Pour autant l’industrie aéronautique russe se repose désormais sur les espoirs d’un laboratoire appartenant au géant du nucléaire Rosatom. Ses savants semblent avoir mis au point un composite qui pourrait permettre de se passer des matériaux concernés par les sanctions américaines.

En Russie certaines voix s’élèvent déjà, timidement certes, pour souligner que cet état de fait provient de l’idée de faire appel à des fournisseurs occidentaux alors même que le MC-21 vise clairement la concurrence directe des Airbus A320 et Boeing 737. Pourtant un avion 100% russe attirerait moins les compagnies aériennes, notamment en dehors de la sphère d’influence de Moscou. Or pour exister ce biréacteur doit voler sous les couleurs de transporteurs du monde entier. Aujourd’hui en dehors d’entreprises russes seuls des transporteurs azéris et égyptiens ont fait le pari de ce biréacteur nouvelle génération, et encore en toutes petites quantités.

Dès lors que ces sanctions sont entrées en action l’acceptation au service des premiers MC-21 a été de facto retardé. Attendus pour la mi-2019 désormais ceux-ci ne porteront pas les couleurs d’Aeroflot, la compagnie de lancement qui en a commandé 50 exemplaires, avant fin 2020 voire mi-2021. Et uniquement si Rosatom tient ses promesses en fournissant un matériel capable de rivaliser avec celui initialement choisi auprès des Américains.

Bien entendu l’Irkut MC-21 n’est pas le seul programme aéronautique touché par les sanctions post-annexion de la Crimée mais c’est certainement le plus visible. Pour autant est-ce vraiment celui qui causera le plus de tort à l’industrie aéronautique américaine ? Rien n’est moins sûr. L’avenir nous le dira.

Photo © AFP.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Le Sukhoi Superjet 100 aussi était voué à rivaliser avec les grands. Une companie aérienne belge l’a testé mais l’a vite abandonné car trop de problèmes.

    • Et encore : c’est la version avec des composants occidentaux ! Qu’est ce que ça donnera avec un avion 100% russe (ce qui n’a jamais existé – dans le passé la Russie s’appuyait sur des composants ukrainiens pour ses appareils, et ne peut plus le faire).

      Il n’y a pas à dire : Poutine est un fin stratège et grand joueur d’échecs (failures) : jamais en 5 ans on aurait pu imaginer qu’il fasse autant de mal à la Russie, simplement en annexant la Crimée. Champion l’artiste !

  2. C’est pas l’Illiouchine Il-96 le premier avion que les russes ont essayé de faire tout seul? Je crois que lui aussi s’est bien planté. Il ne réussira jamais à battre les A-320 et B-737 de MC-21..

    • La Russie aura de toutes manières plus à perdre dans cette histoire que les États-Unis. Elle demeure très dépendante des importations dans sa survie industrielle.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom