Certaines mauvaises voix le disaient récemment encore sur la mauvaise pente, presque fini. Il semblent qu’ils se soient bien plantés. Ce lundi 4 mars 2019 le constructeur européen Airbus Helicopters a présenté lors de Heli-Expo 2019 à Atlanta aux États-Unis son «nouveau» H145, et le moins qu’on puisse dire c’est qu’il détonne. Et pas qu’intérieurement puisque l’esthétique aussi de l’hélicoptère a changé : il a gagné une pale supplémentaire sur le rotor principal ! Une sorte de renaissance pour cet hélicoptère léger biturbine.

On a l’habitude que les hélicoptéristes attendent le rendez-vous d’Atlanta pour présenter leurs nouveautés mais là le constructeur européen a su mettre le paquet. Car qui dit Airbus Helicopters H145 doté d’une cinquième pale dit forcément un hélicoptère plus lourd au décollage. Mais également et ça c’est un argument de poids : désormais la charge utile est équivalente à sa masse à vide. Les améliorations concernent également l’apport d’une chaîne de communication sans fil WACS (pour Wireless Airborne Communication System) encryptée de nouvelle génération.
Niveau maintenance et sécurité aussi le nouveau rotor est un vrai plus, il ne possède pas de roulement. Ce qui facilite le travail des mécaniciens et permet de gagner en sûreté lors des vols en conditions météorologiques difficiles.

Qu’il semble loin le temps du BK 117 germano-japonais avec ses quatre pales et son rotor anti-couple classique. C’était au siècle dernier à vrai dire. Désormais le H145 est totalement entré dans le 21ème siècle au grand dam de ses concurrents de chez Bell Helicopter et Leonardo, respectivement le Global Ranger et l’AW169. Ce dernier bien que très récent a pris un nouveau coup de vieux avec cette évolution du H145.

On ignore pourtant actuellement si cette évolution avec ce nouveau rotor à cinq pales ne concerne que la version civile ou également le H145M destiné au marché défense-parapublique. La réponse viendra sans doute dans les mois à venir.

Photo © Airbus Helicopters.

Publicité

6 COMMENTAIRES

  1. C’est plus compliqué que cela: en jouant sur le diamétre et le nombre de pales on peut obtenir, soit plus de potance, soit plus de vitesse d’avancement.
    Toujours est-il que l’extrémité des pales ne doivent jamais la vitesse du son (qui varie en fonction de l’altitude et de la température)

    • De toute façon sur un hélicoptère classique avant le problème de la vitesse du son, les pales seront confrontés au problème de trop grande différence de vitesse entre pale avançante et pale reculante et là même l’articulation de battement ni pourra plus rien, ce qui en fera un hélicoptère déséquilibré qui risquera le crash à coup sûr. C’est pour cela que les hélico classiques sont « bridés » à la vitesse maxi d’environ 350 km/h et que simplement faire tourner le rotor plus rapidement est une mauvaise idée.

    • Le but qui a été recherche avec une 5ème pale et un diamètre de rotor réduit, est d’augmenter la charge utile tout en permettant d’atterrir sur des zones plus petites.
      De plus il y a moins de roulements afin d’améliorer la maintenance et réduire les vibrations.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom