C’est un des programmes emblématiques de la défense américaine depuis quelques temps : le remplacement des Sikorsky VH-3D Sea King de l’US Marines Corps. Véritable feuilleton à rebondissement depuis une quinzaine d’années ce VXX a été plus connu pour ses annulations successives et reports que pour ses bons points. C’était compté sans les efforts draconiens des ingénieurs et financiers de Lockheed-Martin dont la filiale Sikorsky a aujourd’hui la maîtrise d’œuvre au travers du programme VH-92 Superhawk. Au final une baisse sensible des coûts de développement qui redonne le sourire aux décideurs du Pentagone.

Cette diminution des coûts de développement du Sikorsky VH-92 Superhawk est une excellente nouvelle à la fois pour l’hélicoptériste mais surtout pour le client, l’US Department of Defense. N’oublions pas que le premier joue gros puisque les vingt-trois exemplaires commandés (un de présérie qui existe déjà et vingt-deux de série à venir) sont les premiers H-92 acquis officiellement par les États-Unis. L’administration fédérale américaine avait longtemps boudé cette machine.

Ces efforts financiers et industriels vont donc permettre aux contribuables américains d’économiser 234 millions de dollars US. Soit un peu plus que la valeur d’un exemplaire de série, ces hélicoptères étant annoncés au prix unitaire de 215 millions de dollars US. Mais surtout à une époque où absolument tous les programmes d’acquisition de matériels militaires aux États-Unis accusent des retards et des explosions de leurs coûts le développement du VXX fait presque figure d’heureuse exception.

Presque car n’oublions pas qu’à l’origine il était question que ce soit l’industriel AgustaWestland (aujourd’hui connu comme Leonardo) avec son AW.101 Merlin qui construise le futur hélicoptère américain à «toit» blanc. Finalement la politique américaine avait repris le dessus et fait gagner une machine de conception nationale. En même temps on imaginerait mal le locataire du bureau ovale se déplacer à bord d’un hélicoptère européen, ça ferait un peu tâche !
Ironie du sort le Merlin aurait dû être produit localement par Lockheed-Martin comme VH-71 Kestrel. Mais ça c’était avant que cet avionneur ne rachète Sikorsky.

À partir de l’année prochaine donc, et jusqu’en 2023, l’escadron HMX-1 de l’US Marines Corps va recevoir ses Sikorsky VH-92A Superhawk. Mais surtout il va se séparer de ses légendaires VH-3 Sea King, des hélicoptères que les Américains et même au-delà une bonne partie du monde reconnaissent au premier coup d’œil. Pas sûr que les nouveaux appareils réussissent à les remplacer dans le cœur des passionnés d’aviation autant que des néophytes.

Outre-Atlantique plusieurs hauts responsables du Pentagone en appellent déjà à tous les fournisseurs pour qu’ils s’alignent sur le programme VXX. Pas sûr que tous y gagnent, y compris Lockheed-Martin. Après tout une fois n’est pas coutume.

Photo © US Department of Defense.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom