Bell-Boeing MV-22B Opsrey, Sikorsky VH-3D Sea King, et Sikorsky VH-60N Whitehawk. Trois types d’aéronefs en service au sein du Squadron HMX-1 et pourtant tous n’assurent pas la mission prioritaire de transport du Président des États-Unis. Alors comment reconnaitre les appareils en question ? C’est ce à quoi nous allons vous aider, et vous allez voir que la réponse est extrêmement simple puisque c’est quasiment écrit dessus.

Un VH-3D apponte sur l’USS Gerald R. Ford alias CVN 78.
En fait seuls les deux modèles d’hélicoptères peuvent embarquer à leur bord Donald Trump, comme avant lui Barack Obama. Les MV-22B Opsrey du HMX-1 n’ont pas vocations à transporter le Président des États-Unis, son vice-président, et/ou leurs familles respectives. Par contre les agents d’élite de l’US Secret Service, les personnels de cabinets, les fantassins de l’US Marines Corps assurant la garde d’honneur sont eux les passagers privilégiés de ces avions convertibles. Le fret léger et même la Stagecoach, la Cadillac spécialement équipée pour le transport du locataire de la Maison Blanche, peuvent aussi être embarqués à leur bord. Par contre le bus blindé Ground Force One n’a pas le gabarit requis.

En fait pour identifier au premier coup d’œil un hélicoptère présidentiel d’un hélicoptère de soutien au sein du HMX-1 il faut regarder la partie supérieure de son fuselage, au niveau du rotor principal. Au sein de l’US Department of Defense on parle des appareils White Top et des appareils Green Top, c’est à dire respectivement « toits blancs » et « toits verts ». Seuls les White Top peuvent assurer la mission de transport présidentiel.

Remarquez le « toit blanc » de ce VH-3D Sea King utilisé par le Président des États-Unis Donald Trump.
Pour autant ce n’est pas parce que vous voyez au-dessus de Washington DC un Sikorsky VH-3D ou un VH-60N que forcément Donald Trump se trouve à son bord. Lorsque le Président des États-Unis vole son hélicoptère est accompagné d’un ou de deux appareils strictement identiques. Il s’agit ainsi de masquer à d’éventuels agresseurs l’hélicoptère qui pourrait servir de cible. À la différence du Président de la République en France son homologue américain n’hésite pas à faire poser son Sea King ou son Whitehawk sur les pelouses de la Maison Blanche. Bon en même temps un Super Puma dans le jardin à la française de l’Élysée ça ferait vraiment tâche.

Photos © US Department of Defense.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. le nom de code quand le président est à bord, est « Marine one » je crois ?
    Tout comme, le VC-25 devient « Aire Force one »!!!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom