Cette mission n’a seulement été révélée par le ministère des armées que ce dimanche 16 juin 2019. En fin de semaine dernière les forces françaises et maliennes ont réalisé une opération contre un groupe terroriste djihadiste près de la ville de Ménaka. Selon le ministère malien de la défense vingt combattants ennemis seraient morts dans cette action où plusieurs hélicoptères de la force Barkhane ont été engagés. Ce type de mission se réalise de plus en plus souvent dans la bande sahélo-saharienne.

On sait désormais que la force Barkhane s’était déployée dans la région à l’aide de ses hélicoptères d’assaut NHIndustries NH-90 Caïman TTH destinés à déposer au plus près les troupes franco-maliennes. Dans le même temps des Aérospatiale SA.342 Gazelle et au moins un Eurocopter Tigre assuraient l’appui-feu.
Les forces engagées par la France et le Mali avaient pour objectif l’EIGS. Il s’agit de l’initiale d’un groupe djihadiste dont le nom est donc État Islamique dans le Grand Sahara. Branche autoproclamée du khalifat de Daech ce groupe est responsable de quelques accrochages et de la mort de plusieurs soldats alliés depuis le second semestre 2017. Il est particulièrement actif dans l’est du Mali et le nord-ouest du Niger où il rançonne fréquemment les populations locales.

Au minimum vingt de ses combattants ont été tué dans ce raid aéroporté. Dans le même temps plusieurs véhicules légers et des stocks d’armement de l’EIGS ont été détruits.
On sait d’ores et déjà que ce groupe terroriste s’est installé dans la région en raison d’une carence dans le maillage développé par les forces françaises, maliennes et nigériennes ainsi que par la MINUSMA. Pour mémoire cette force de stabilisation de l’ONU est présente au Mali depuis le printemps 2013. Elle-aussi a payé un lourd tribut à ce conflit antiterroriste.

Certaines sources maliennes mais également françaises font état de tirs contre l’un des hélicoptères français mais sans que l’on sache vraiment sur quel type de machine : Caïman ou Gazelle ? Le flou persiste. De même à Paris le ministère des armées reste muet sur la question. Pour autant aucune perte humaine n’est à déplorer dans les rangs franco-maliens.

Photo © ministère des armées.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. C’est une Gazelle qui a du effectuer un atterrissage d’urgence. Les 3 personnes qui étaient à bord vont être rapatriées en France même si l’armée assure que leurs jours ne sont pas en danger. Mais l’armée n’en dit pas plus de ce qu’il s’est passé.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom