Avec ces jets on est bien loin de leur fonction initiale d’entraînement. Ce dimanche 15 décembre 2019 l’état-major de la force aérienne birmane a officialisé l’entrée en service de six avions d’attaque légère Yakovlev Yak-130 de facture russe. Ces avions de nouvelle génération vont notamment permettre la mise à la retraite d’avions anciens fournis par la Chine et au comportement parfois assez douteux. Ces nouveaux avions vont être en premier lieu affectés à des missions de lutte contre les guérillas locales.

À l’origine quand la Birmanie passa la commande pour dix Yakovlev Yak-130 ceux-ci étaient destinés à des missions d’entraînement. La réalité est assez différente. Et pour cause puisque l’entraînement avancé des futurs pilotes birmans est assuré par des monoréacteurs chinois Hongdu JL-8. Au final les jets de facture russe sont bel et bien des avions de combat.

Bien entendu ce ne sont pas des chasseurs mais plutôt des avions d’attaque et de reconnaissance armée. Pour autant ils apportent une véritable plus-value à l’aviation birmane jusque là très dépendante de la Chine. Ils permettent de remplacer des avions d’attaque Nanchang Q-5 ainsi que les deux derniers chasseurs légers Shenyang J-6 utilisés pour l’appui aérien rapproché.
Par rapport à ces deux modèles d’avions les Yakovlev Yak-130 permettent l’emport d’armes à guidage laser KAB-500L construits par la Russie. Les J-6 et Q-5 étaient eux limités aux seuls bombes lisses et roquettes non guidées en paniers.

Leur rôle premier va être d’assurer l’appui au sol des troupes engagées dans la guerre civile contre le peuple Rohingya dans l’état d’Arakan dans l’ouest du pays. Dans ce conflit asymétrique les forces birmanes mènent une guerre totale contre une population civile majoritairement désarmée. Plusieurs raids aériens ayant été menés par des Nanchang Q-5 contre des villages il est désormais envisageable que cela soit le cas concernant les Yak-130.

Après une première série de livraisons de dix avions entre 2017 et 2018 ces six nouveaux exemplaires viennent confirmer l’attachement des militaires à l’avion russe. Et pour cause, le Yakovlev Yak-130 est sans doute un des meilleurs avions d’entraînement avancé et d’attaque au sol actuellement disponible sur le marché. Avec un prix estimé entre quatorze et seize millions d’euros la pièce c’est un avion de combat réputé peu onéreux au regarde de ses capacités et de sa modernité. Peu de doutes sur le fait qu’il soit de nouveau commandé.

Photo © Keypublishing.

Publicité