D’ores et déjà les autorités espagnoles mettent en avant le manque d’expérience du pilote de l’ULM. Ce dimanche 25 août 2019 en début d’après-midi un hélicoptère Bell 206L transportant cinq personnes et un avion ultra-léger-motorisé avec deux personnes à son bord se sont percuté dans le nord de l’île de Majorque. Il n’y a aucun survivant parmi les sept pilotes et passagers. Les débris des deux aéronefs sont tombés dans la ville d’Inca sans heureusement faire de victimes.

Il est environ 13 heures 35 quand ce dimanche les services de secours de la ville d’Inca sont avertis par plusieurs appels téléphoniques dont la teneur est toujours la même : un petit avion et un hélicoptère se sont percuté en plein vol. Très rapidement les Bomberos, les sapeurs-pompiers espagnoles, prennent l’alerte et évaluent le drame tel qu’il est : une catastrophe aérienne. Arrivés sur les deux principaux sites d’écrasements espacés de quelques centaines de mètres l’un de l’autre, ils ne peuvent que constater les décès. Les deux aéronefs sont tombés dans un quartier résidentiel de la ville d’Inca. Heureusement aucun riverain n’a été blessé et les dégâts occasionnés sont mineurs, seule une automobile a été détruite mais elle était en stationnement et donc sans passager à son bord.
Cinq adultes et deux adolescents sont morts dans l’accident et ils retrouvent les carcasses d’un ultra-léger-motorisé et d’un hélicoptère monoturbine. Les policiers locaux sont soutenus quelques heures plus tard par des enquêteurs venus de Madrid.

Sur les aéronefs eux-même on en sait un peu plus.
L’hélicoptère était un Bell 206L évoluant sous immatriculation allemande D-HOTT. Bien qu’administrativement basé à Winningen dans l’ouest de l’Allemagne l’hélicoptère monoturbine était fréquemment vu sur l’île des Baléares. Il faut dire qu’il assurait des vols touristiques pour le compte de la compagnie aérienne Rotorflug qui le possédait. Il transportait d’ailleurs lors de la collision un couple et leurs deux enfants, tous les quatre de nationalité allemande. Ceux-ci voulaient découvrir Majorque du ciel. Le pilote était selon les autorités aéronautiques espagnoles parfaitement rompu à ce type de vol.
L’ULM quant à lui était un Aeroprakt A22L Foxbat. Il s’agit d’un aéronef conçu et construit en Ukraine et vendu à plusieurs milliers d’exemplaires dans le monde. Celui incriminé dans l’accident portait l’immatriculation espagnole EC-GU1. C’est habituellement un ultra-léger-motorisé réputé très sûr puisque fréquemment présent dans les écoles de pilotage.

Un Aeroprakt A22L Foxbat similaire à celui accidenté à Majorque. Photo © Wikimédia Commons.

Désormais la balle est dans le camp des enquêteurs et des experts aéronautiques. Mais déjà aux Baléares des voix s’élevaient quelques heures seulement après l’écrasement des deux aéronefs pour un meilleur encadrement des vols d’ULM dans l’archipel. Il semble que le pilote de l’aéronef à voilure fixe n’avait que peu d’expérience et avait accumulé pas mal de fatigue lorsqu’il a décidé d’aller faire un tour avec sa machine.

Photos © Keypublishing & Wikimédias Commons.

 

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom