La décision du secrétaire américain à la marine, monsieur Thomas B. Modly, fait déjà des remous aux États-Unis. Il a décidé de baptiser le quatrième porte-avions de la classe Gerald R. Ford du nom de Doris Miller, un cuisinier affecté sur le cuirassé USS West Virginia lors de l’attaque japonaise contre Pearl Harbor en décembre 1941. C’est la première fois qu’un simple matelot va donner son nom à un porte-avions. L’USS Doris Miller doit entrer en service dans l’US Navy en 2030.

Le héros de Pearl Harbor décoré par l’amiral Nimitz.

Mal connu de ce côté ci de l’Atlantique le matelot Doris Miller est véritablement vu comme un des grands héros américains de la Seconde Guerre mondiale. Né le 12 octobre 1919 au Texas Doris Miller a grandi dans la ville de Waco, où il joua notamment au football américain dans l’équipe du lycée. C’était d’ailleurs un des meilleurs élève de son établissement. Après l’entrée en guerre de l’Allemagne nazie contre la France et le Royaume Uni il a décidé de s’engager dans la marine américaine, nous étions alors fin septembre 1939, il n’avait même pas encore 20 ans. Afro-Américain il lui était donc impossible de prétendre appartenir à une unité combattante, il fut affecté aux cuisines. C’est là qu’il se trouvait quand les bombardiers nippons frappèrent Pearl Harbor et notamment le cuirassé USS West Virginia sur lequel il servait.

Et c’est là que Doris Miller est entré dans l’histoire. À l’aide d’une mitrailleuse anti-aérienne de calibre 50 il défendit la flotte américaine attaquée. Lui qui n’avait reçu aucune formation au tir se retrouvait à mitrailler des chasseurs et bombardiers japonais faisant du rase-motte au-dessus de la rade de Pearl Harbor. Il réussit le coup de force d’en abattre un. Les experts et historiens ne réussissent pas à s’accorder sur le modèle de l’avion nippon descendu par Miller : Aichi D3A Val ou Nakajima B5N Kate. Le résultat est que ce jeune cuisinier de 22 ans est titulaire d’une des vingt-neufs victoires contre l’aéronavale japonaise. Certains témoins dirent également que Miller aurait endommagé un autre avion japonais, sans pour autant le détruire.

L’homme était devenu un véritable héros, de ceux que l’Amérique aime. Pourtant la couleur de sa peau faillit l’empêcher d’être honoré par son pays. Alors que le président des États-Unis était alors le démocrate Franklin D. Roosevelt son secrétaire à la marine était le républicain Frank Knox. Et ce dernier s’opposa à ce que Doris Miller soit décoré, car noir. Roosevelt ne l’entendit pas de cette oreille et ordonna que la Navy Cross lui soit remise. C’est l’amiral Chester Nimitz qui lui décerna le 27 mai 1942 à bord du porte-avions USS Enterprise.
Miller était alors le premier afro-américain a recevoir une distinction militaire aussi élevé au 20ème siècle.

À Pearl Harbor le secrétaire Thomas B. Modly (à droite sur l’image) pose avec les descendants de Doris Miller aux côtés du cadre commémoratif.

Miller fut affecté par la suite sur le porte-avions d’escorte USS Liscome Bay, où il servait comme cuisinier personnel du commandant et des officiers. C’est là qu’il mourut le 24 novembre 1943 comme 643 de ses camarades, après que son bâtiment ait été torpillé par un sous-marin japonais. Il avait 24 ans.
À titre posthume il reçut la Purple Heart.

L’USS Doris Miller sera donc un sistership de l’USS Gerald R. Ford actuellement en essais en Atlantique nord. Pour autant ce ne sera pas le premier navire de guerre américain à porter son patronyme. Entre juin 1973 et octobre 1991 la marine américaine a fait voguer le destroyer d’escorte USS Miller (ou FF1091) baptisé en son honneur. Dans le cas du futur porte-avions il s’agira du quatrième et avant-dernier bâtiment de la classe Gerald R. Ford, assurant le remplacement de l’actuel USS Carl Vinson.

Doris Miller est honoré un peu partout aux États-Unis.
Une dizaine d’établissements scolaires porte son nom, dont le lycée où il étudia à Waco au Texas. Un timbre-poste a également été émis à son effigie en 2010. Hollywood également s’empara de ce héros dans deux de ses films de guerre. D’abord en 1970 avec  l’excellent «Tora, Tora, Tora» signé Richard O. Fleischer puis en 2001 avec le film à gros budget «Pearl Harbor» du réalisateur Michael Bay. Il fut respectivement interprété par Elven Havard, spécialiste des troisièmes rôles dans diverses séries B des années 1970 aux années 1990, puis par Cuba Gooding Jr acteur oscarisé en 1997.

En décembre 2019 Caroline Kennedy venait saluer l’équipage du deuxième porte-avions de classe Gerald R. Ford qui portera le nom de son illustre papa : JFK. Le navire est encore en chantier.

Outre-Atlantique pourtant la décision de Thomas B. Modly ne fait pas que des heureux. Plusieurs groupes de pression, ouvertement racistes voire carrément suprémacistes, en appellent désormais à Donald Trump afin qu’il revienne sur la décision de son secrétaire à la marine. Politiquement cela serait très difficile pour le locataire du bureau ovale. Modly est un de ses principaux soutiens et relais auprès des militaires.
Cette réaction en dit long sur la puissance de ces groupes racistes aux États-Unis en ce premier quart de 21ème siècle. Héros de la Seconde Guerre mondiale, Doris Miller n’est aux yeux de ces énergumènes même pas digne d’être honoré par le pays pour lequel il est mort en mission. Perso je l’aime déjà bien ce futur USS Doris Miller. Ça change des présidents américains !

Photos © US Navy.

Publicité

11 COMMENTAIRES

  1. Vous avez raison Arnaud, ça change un peu qu’un simple matelot soit mis à l’honneur. Et tant pis si les « suprématistes » ne soient pas contents que ce soit une personne de couleur, il faudrait peut-être leur dire que l’apartheid est fini.

  2. Vous faites un bonne article sur un grand noir mais vous ne pouvez pas vous empécher de mettre la photo d’une femme blanche, la fille d’un président qui a essayé de faire assassiner un libérateur du peuple noir. Kennedy avait voulu tuer le grand Castro quand celui la défendait le peuple noir en Angola et en Afrique du sud.

    • Que répondre à tant de bêtise monsieur Pambou ? Je ne savais pas que JFK ait voulu tuer Castro et que l’ex-dictateur cubain ait voulu défendre qui que ce soit en Afrique. Assez bêtement je pensais qu’il essayait d’implanter l’idéologie marxiste en Angola en pleine guerre froide.

  3. Si ça peut faire enrager les racistes bas-du-front, alors je suis pour. Ce simple matelot sera en bonne compagnie avec tous ces présidents américains ! 🙂

  4. d’autant plus que je vois mal un porte-vions porter dans un avenir proche le nom du président US actuel.
    on ne peut pas dire qu’il ait mérité de sa patrie et fait grand chose de positif ce brave homme plein aux as…
    et à ce titre il ne mérite pas, tout au moins pas tout de suite, de se voir honoré par le fait de voir son nom porté par un bâtiment de ‘US Navy.
    donner leur place à des personnes moins connues mais qui ont du mérite c’est aussi reconnaître l’importance que peut avoir un simple soldat sur le champ de bataille. après tout ce ne sont pas les généraux seuls qui gagnent les guerres…

    • Un USS Barack Obama aurait de la gueule mais l’ex-président américain pète la forme. Et franchement plus il reste vivant mieux l’Amérique se portera. 🙂

Comments are closed.