Le départ de ces puissants chasseurs-bombardiers américains n’est pas passé inaperçu outre-Manche. Ce vendredi 8 mai 2020 quatre McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle appartenant au célèbre 492nd Fighter Squadron de l’US Air Force ont quitté leur base de RAF Lakenheath afin de rejoindre le théâtre d’opérations irako-syrien. De ce fait ces avions de combat intègrent désormais le 332rd Air Expeditionary Wing. Ces avions mèneront deux types différents de mission dans la région.

Pour mémoire le 492nd Fighter Squadron appartient au 48th Fighter Wing de l’US Air Force in Europe – Air Force Africa. Cette prestigieuse unité de combat est présente en Europe depuis 1952, et ce sans discontinuer. Jusqu’en 1960 elle était basée à Chaumont Semoutier AB en Haute-Marne. Et depuis cette date c’est RAF Lakenheath qui est son nid. De l’est de la France à l’est de l’Angleterre en sommes.

Vol d’entraînement de F-15E Strike Eagle du 492th Fighter Squadron au-dessus du célèbre site de Stonehenge.

L’information n’a été divulguée par le Pentagone que ce mercredi 13 mai 2020 en fin de journée, donc cinq jours après le déploiement. C’est en fin de matinée que les quatre McDonnell-Douglas F-15E Strike Eagle ont quitté leur base. Après avoir survolé une bonne partie du territoire français les avions de combat américains ont été ravitaillé en vol par un Boeing KC-135R Stratotanker au-dessus de la Méditerranée occidentale. Une opération renouvelée au moins une fois de plus avant que les biréacteurs n’atterrissent.
Cependant l’US Department of Defense n’a pas dévoilé la base aérienne sur laquelle le 332rd Air Expeditionary Wing avait décidé de baser ces quatre chasseurs-bombardiers.

Ce déploiement de F-15E Strike Eagle est prévu pour durer plusieurs semaines et doit s’articuler autour de deux axes différents. Le premier bien entendu est l’attaque au sol et l’appui tactique rapproché des troupes au sol, en fait ce pourquoi cet avion fut conçu dans les années 1980 et que depuis il réalise avec brio. Sans cesse moderniser l’avion est devenu au fil des ans une des meilleures plateformes d’emport et de tirs des munitions à guidages laser et/ou GPS. Que ce soit au-dessus de l’ex-Yougoslavie dans les années 1990 ou bien de l’Afghanistan et de l’Irak dans les années 2000 le Strike Eagle a largement démontré son savoir-faire. Le second axe est plus surprenant mais pas illogique : la supériorité aérienne. Bien que les avions de la coalition internationale n’aient rien à craindre de Daech ou des autres groupes djihadistes de la région à ce niveau ce sont plutôt les aviations russes et syriennes qui pourraient poser problèmes.

Post-combustion allumée pour ce F-15E Strike Eagle du 492nd Fighter Squadron.

Une fois leur mission terminée au sein du 332rd Air Expeditionary Wing les F-15E Strike Eagle rejoindront leur habituel 48th Fighter Wing. En fait le principe des Air Expeditionary Wings est la modularité. Ils prennent des avions auprès d’autres unités et les regroupent pour une mission temporaire. Une fois celle-ci terminée les aéronefs regagnent leurs pénates.

Photos © US Air Force.

Publicité

2 COMMENTAIRES

  1. Est-ce judicieux d’utiliser cet avion en supériorité aérienne face aux MiG et Sukhoi russes ? Merci pour cet article d’actualité, toujours intéressant et plaisant à lire !

    • On peut parfaitement retourner la question. Est-ce judicieux pour les Russes d’envoyer leurs MiG-29, Su-27, et Su-30 face à des Strike Eagle armés d’AIM-120 et d’AIM-9 ?
      Car même si avec un Su-35 les Russes venaient à descendre un F-15E ils auraient là abattu leur carte maîtresse face aux Américains qui auraient alors beau jeu de déployer très rapidement des F-22A Raptor supérieurs à tous les chasseurs russes. Donc en sommes l’utilisation de ces Strike Eagle en supériorité aérienne face aux chasses russes et syriennes est une réponse graduée évitant le recours aux F-15C/D & F-22A. C’est plutôt intelligent.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom