Ils sont parmi les derniers reliquats de la présence de l’aviation soviétique en Lituanie. Les deux hélicoptères de transport et de recherches-sauvetages en mer Mil Mi-8 appartenant à la petite force aérienne lituanienne vont bientôt quitter le service actif. Leur remplacement a d’ores et déjà été acté par les autorités locales après le feu vert américain pour la fourniture de six Sikorsky UH-60M Blackhawk neufs. Le contrat est estimé à environ 380 millions de dollars américains et s’articule autour de l’US Foreign Military Sales.

Il faut dire que pour beaucoup de Lituaniens les armements et engins des forces armées, et notamment les aéronefs militaires, figurent encore parmi les éléments qui leur rappellent la très dure période de l’occupation soviétique. C’est d’autant plus vrai pour la jeune génération, née après 1990, et qui n’a toujours connu qu’une Lituanie souveraine sans présence du moindre soldat russe sur son territoire. Et au petit jeu du retrait des matériels militaires ex-soviétiques ce petit pays fait désormais figure de bon élève.

Corps par corps voici ce qu’il reste à remplacer en Lituanie.
Dans la marine ce sont uniquement deux navires : le remorqueur de sauvetage hauturier Šakiai et la vedette de surveillance côtière Vilnelė. Pour les bâtiments de première ligne les marins lituaniens voguent désormais sur des navires de conception européenne, principalement produits au Danemark et au Royaume-Uni.
C’est au sein de l’armée qu’on retrouve, assez logiquement, encore le plus de matériels militaires issus de l’occupation de Moscou. Six véhicules amphibies PTS-M figurent encore dans l’arsenal ainsi que quinze camions de transport KrAZ. Quelques stations-radars mobiles P18 et P40 figurent encore dans les listings lituaniens ainsi qu’une centaine de mortiers de 120mm.
Et la force aérienne lituanienne alors dans tout ça ? Là on est sur le très bon élève puisqu’il ne reste plus que les deux  hélicoptères Mil Mi-8 dont les jours sont désormais comptés. En même temps leur remplacement n’est pas une surprise.

En une décennie et demi les avions et hélicoptères ex-soviétiques ont été supprimé de l’arsenal lituanien au profit de machines américaines et européennes. Les hélicoptères légers Mil Mi-2 ont laissé la place à des Eurocopter AS.365N3 Dauphin 2 tandis que le dernier avion-cargo Antonov An-26 encore en état de vol était remplacé par trois Alenia C-27J Spartan II. La France et l’Italie tiraient ainsi leur épingle du jeu, le tout sur fond d’adaptation aux normes de l’OTAN. L’an dernier la Lituanie a investi dans un monomoteur léger Cessna 172RG américain pour des missions de surveillance et de liaison afin de remplacer l’ultime PZL 104 Wilga datant de la guerre froide. Cette triste période n’a donc laissé dans l’arsenal lituanien actuellement que six avions : quatre jets légers Aero L-39 Albatros et deux avions-cargos Let L-410UVP. Particularité ils ne sont pas soviétiques mais tchécoslovaques et désormais tchèques.

Alenia C-27J Spartan II aux couleurs de l’aviation lituanienne.

Et donc désormais ce sont six hélicoptères américains Sikorsky UH-60M Blackhawk qui viendront s’ajouter à cet arsenal très occidentalisé. Comme les Mil Mi-8 qu’ils remplaceront ces appareils seront gréés autant pour le transport de troupes, et notamment de forces spéciales, que pour les missions de recherches et de sauvetages en mer.
Des hélicoptères qui à coup sûr feront oublier les pannes à répétition des deux Mil Mi-8. Pour mémoire cette petite force aérienne possède en théorie un troisième hélicoptère similaire. Sauf que celui-ci ne vole plus et assure désormais le rôle de stock de pièces de rechange par cannibalisation. Bientôt il pourra rejoindre la casse.

Photos © Keypublishing.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom