L’affaire est prise très au sérieux dans le royaume chérifien. Après la pandémie de Covid19 la compagnie aérienne Royal Air Maroc est au plus mal, ayant perdu plus d’un tiers de milliard d’euros en quatre mois et demi. Résultat elle doit faire des coupes drastiques dans son personnel et se séparer de vingt de ses avions de ligne. Il en va de la survie de ce transporteur aérien majeur en Afrique.

C’est 900 des 5400 employés de Royal Air Maroc qui vont devoir quitter l’entreprise. Des mises en retraite avancées bien sûr mais également des licenciements secs, dans un pays où les aides sociales sont réduites à la portion congrue. Et chaque domaine de l’entreprise est impactée : personnels navigants, commerciaux en aéroports, ou encore mécaniciens avions. Personne n’est à l’abri du chômage. Seule espoir il semble que le plan social ne concerne pas la branche régionale appelée Royal Air Maroc Express. D’ailleurs elle conserve ses six bimoteurs à turbopropulseurs ATR-72-600 et aucune annulation de commande ne vient impacter les deux ATR-42-600 en attente de livraison.

Car en plus de ses personnels Royal Air Maroc va se séparer d’avions qui jusque là volaient sous sa livrée. Ainsi la compagnie aérienne marocaine va mettre en vente ses six Boeing 737-700, mais également six 737-800, quatre 787-8, ou encore quatre Embraer E190. Des biréacteurs commerciaux qui depuis l’apparition au Maroc du coronavirus Covid19 volaient beaucoup moins, voire ne volaient plus du tout.
Dans quelques semaines quand ces avions auront été revendus la flotte de la compagnie comprendra donc les avions suivants : vingt-cinq Boeing 737-800, deux 737 Max 8, un 787-8, et quatre 787-9. L’unique Boeing 767-300ER doit être prochainement converti au standard 767-300BCF dédié au transport de fret. Il rejoindra l’autre avion similaire qui vole actuellement au sein de Royal Air Maroc Cargo.

De l’avis même de la direction de la compagnie c’est la crise la plus grave depuis sa création en juillet 1953. Pour les Marocains la disparition de leur transporteur national serait un véritable drame, tant ils y sont attachés. Royal Air Maroc jouit d’une excellente réputation en Afrique et passe pour être la meilleure compagnie aérienne du Maghreb devant ses concurrentes algériennes et tunisiennes.

Photo © Wikimédia Commons.

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Vu que le problème est mondial, je me demande qui va acheter tout ces avions de ligne d’occasions. Autre problèmes pour les constructeurs comme Airbus, Boeing, Embraer, ATR… où les clients mis a mal financièrement préféreront dans les futurs années, si besoin est, acheter des appareils de seconde main et non des neufs.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom