Quel sacré kif cela a du être pour ces invités de marque. Le défilé du 14 juillet 2020 a été marqué par une réduction massive des troupes présentes mais également par une attention particulière portée par nos militaires aux soignants. Et symbole fort trois d’entre-eux ont pu embarquer en place arrière à bord des avions de la Patrouille de France. Une autre manière pour eux de découvrir la ville lumière, vu du ciel.

Prendre l’avion en 2020 n’a plus grand-chose d’exceptionnel sauf que là les avions sont extraordinaires et mythiques : les Alpha Jet E de la Patrouille de France. Une heure trente de vol au total entre le décollage et l’atterrissage, tous deux réalisés depuis les installations de la Base Aérienne 107 de Villacoublay dans les Yvelines. Les pilotes et mécanos au célèbre col tricolore ont donc accueilli trois héros anonymes du Covid19. Des soignants qui ont eu la chance de pouvoir sans doute réaliser un rêve de gosse : voler comme passagers à bord des avions bleus-blancs-rouges.

Qui sont donc ces soignants ? Pour des raisons de respect de la vie privée leurs identités ne seront pas divulguées ici. Sachez juste qu’il s’agit de trois soignants qui exercent en Île-de-France : une aide-soignante d’un hôpital parisien, une cadre-infirmière d’un hôpital de l’Essonne, et un praticien-hospitalier d’un hôpital du Val d’Oise. Aide-soignante, infirmière, médecin, les trois grands corps sont là.
Afin de couper court à toutes inutiles polémiques (qui ont pourtant déjà commencé sur les réseaux sociaux) ils ne sont nullement pistonnés. Chacun a été tiré au sort, c’est donc le fruit du hasard, ou de la chance. Tous trois ont donné de leur temps, sans le compter, au plus fort de la crise sanitaire.

Voler en place arrière à bord des Alpha Jet E de la Patrouille de France c’est déjà en soi un truc énorme ! Mais voler le 14 juillet et survoler Paris à deux reprises avec fumigènes ouverts là c’est juste fantastique. C’est voir défiler sous ses yeux la capitale, du quartier d’affaire de La Défense au château de Vincennes, survoler l’Arc de Triomphe, les Champs-Élysées, l’obélisque de la Concorde, les Tuileries, le Louvre, la place de la Bastille. Un petit tour en avion qu’ils conserveront sans doute en mémoire toute leur vie.
Non ce ne sont pas des privilégiés car ils ont mérité cette chance, ils se sont mis en danger personnellement durant des semaines. L’Armée de l’Air les a remercié à sa manière, et c’est une des plus belles.

Photo © Armée de l’Air.

Publicité

3 COMMENTAIRES

  1. Le tirage au sort était réservé aux unités proche de Paris ou c’est le hasard ? Je ne veux pas lancer de polémique, c’est juste une question. Après tout, Paris a été une des zones les plus touches (voir la plus touché ?)

    Ça serait sympa de proposer la même chose pour l’Alsace qui a été très touché aussi. Certes ça ne sera pas le 14 juillet au dessus de Paris, mais la PAF a sûrement d’autre meeting prévu en France.

    • Pour des questions logistiques, les avions ayant décollé de Villacoublay, il était sans doute plus facile d’avoir recours à des soignants franciliens. 🙂

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom