On se souvient de Donald Trump qui se demandait pourquoi la Sécurité Civile n’avait pas envoyé ses «Canadair» au-dessus de Notre-Dame. Visiblement le Pentagone l’a pris au mot sur l’incendie du porte-aéronefs USS Bonhomme Richard puisque désormais ce sont des hélicoptères MH-60S Knighthawk qui jouent les bombardiers d’eau. À l’aide de Bambi buckets ces biturbines de l’US Navy attaquent les flammes qui ravagent le navire américain depuis maintenant deux jours. Tout cela ressemble à des solutions de la dernière chance.

C’est bien l’USS Bonhomme Richard sous ce Bambi bucket !

Plus de 48 heures (au moment où ces lignes sont écrites) que les pompiers et marins américains luttent dans l’arsenal de San Diego pour tenter de sauver ce qui peut encore l’être du porte-aéronefs USS Bonhomme Richard. Par endroit les flammes en zone confinée atteignent la température de 1000°C rendant les supers structures du bâtiment désormais instables. D’âcres fumées se répandent dans l’atmosphère, au grand dam des associations écologistes très puissantes en Californie. Beaucoup d’ailleurs font le parallèle avec ce qui s’est dégagé des fumées de l’incendie de la cathédrale parisienne.

Là où à Notre-Dame il n’y eut que quelques sapeurs-pompiers légèrement incommodés le bilan humain est plus lourd à San Diego : 59 personnes ont été évacuées, dont cinq sont toujours hospitalisés pour des atteintes pulmonaires. Entre les pompiers californiens et les équipes de l’US Navy c’est une guerre de chaque instant contre le feu.

L’idée que le commandant de la base navale américaine a soumis au Pentagone peut sembler totalement folle : faire frapper le navire de projection par des hélicoptères bombardiers d’eau équipés de Bambi buckets. Celle-ci est d’ailleurs puisée directement dans le port, à quelques dizaines de mètres du sinistre. Dans un premier temps c’est un Sikorsky MH-60R Seahawk qui s’y est essayé ce lundi 13 juillet 2020, en pleine nuit. Niveau sécurité on a vu mieux. L’hélicoptère de combat naval était le seul disponible à ce moment là. Même si le pilote n’avait jamais fait ça il a opéré comme s’il s’agissait d’une mission Vertrep. Et au bout de trois rotations certains observateurs ont découvert que ça marchait.

Un seul hélicoptère bombardier d’eau à la fois peut survoler le navire et donc attaquer le feu.

Du coup ils ont décidé de demander à ce pilote d’arrêter, et de laisser la place à des militaires plus aguerris dotés d’hélicoptères adaptés. L’escadron HSC-3 Merlins a quitté ses installations toutes proches de NAS North Island avec quatre de ses MH-60S Knighthawk. Eux ont été spécialement entraînés pour employer les Bambi buckets en renfort des soldats du feu locaux sur des incendies de forêts. La Californie est la championne des États-Unis des feux de natures. Entre frapper un bois ou une zone verte et attaquer un navire de projection ce n’est pas pareil et pourtant dès ce mardi 14 juillet au petit matin les quatre hélicoptères commençaient leurs rotations. Désormais le Pentagone envisage d’engager des moyens aériens civils mais également des MH-60T Jayhawk de l’US Coast Guard. Cette dernière utilise aussi ses hélicos comme bombardiers d’eau.

Au large de San Diego d’ailleurs deux hélicoptères Eurocopter MH-65D Dolphin des gardes-côtes patrouillent aux côtés de vedettes rapides et d’un cotre. Dorénavant leur mission est d’interdire l’approche de la base navale à toutes embarcations. Bateaux et navires, civils et militaires, ont ordre formel de ne pas s’engager dans l’arsenal. Une zone de sécurité de deux miles de distance et de 900 mètres d’altitude protège le sinistre. Ainsi l’US Coast Guard et l’US Navy s’assurent de ne pas être dérangés par les hélicoptères des chaînes de télévisions, omniprésents aux États-Unis.

Un MH-60S Knighthawk dans une configuration pour le moins inhabituelle.

L’espace aérien de la base navale est strictement limité aux seuls hélicoptères bombardiers d’eau de l’escadron HSC-3 Merlins et à ceux de l’US Coast Guard. Ces moyens démesurés réussiront t-ils à sauver ce navire de projection ? L’image serait belle, un porte-aéronef qui doit de ne pas avoir été détruit par des hélicoptères.
Les prochaines heures seront cruciales.

Photos © US Navy.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. heureusement que c’est une navire amphibie muni de radier et non un croiseur ou un destroyer. on vois que la porte du radier est abaissé et hors de l’eau. donc le navire est porté par ses ballastes et l’eau lancé sur l’incendie peut s’évacuer par l’arriéré. si sa avait était un navire classique (coque intégral) il aurais du arrête rapidement les largage car en s’accumulant en fond de cale l’eau alourdi et rendu instable , c’est comme ça qu’a couler le paquebot Normandie en 1942.

    • Sans rire moi le premier je fais des fautes d’orthographe et d’inattention, mais là c’est à un tel point que j’arrive pas à lire votre commentaire et à comprendre où vous voulez en venir. Mettez des majuscules, des participes passés quand il en faut et des infinitifs quand c’est nécessaire. Car là franchement ça pique.

      • apprenez à ne pas confondre l’infinitif et le participe passé et ne pas confondre pronom démonstratif (ces) et pronom possessif (ses) dans vos articles.Cela a déjà été signalé par des lecteurs ,non écoutés, mais plutot taxés d’hayatollah de l’orthographe!!
        Et là , vous pourrez la ramener!!
        Vous pouvez me modérer ou me bannir je n’en ai cure.
        je préfères mille fois les articles de Marcel ,sans fautes et sans commentaires de parti pri dans ses articles.

        • Mince alors maintenant les ayatollahs de l’orthographe se permettent même de faire des proses truffées de fautes ! C’est le monde à l’envers.

  2. Les hélicos n’attaquent pas le feu, puisque celui-ci est localisé à l’intérieur du navire.
    L’eau des Bambi Buckets refroidie le pont supérieur, afin de faire baisser la température de la structure; Elle n’atteints pas l’incendie directement.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom