Le protecteur du Canada.

Pour la photo de ce weekend petit clin d’œil à nos lectrices et lecteurs canadiens au travers de l’avion de combat qu’ils connaissent le mieux. Bien entendu il s’agit de la version biplace d’un McDonnell-Douglas CF-188 Hornet. Le biréacteur de l’Aviation Royale Canadienne est l’objet de toutes les attention de la part de Boeing.

Pour nous autres Européens par contre le CF-188 Hornet est un avion ô combien exotique. À titre très personnel je le trouve encore plus séduisant dans sa configuration biplace. Il est vu ici lors d’un exercice survenu il y a quatre ans.

Photo © Aviation Royale Canadienne.

PARTAGER
ARTICLE ÉDITÉ PAR
Arnaud
Arnaud
Passionné d'aviation tant civile que militaire depuis ma plus tendre enfance, j'essaye sans arrêt de me confronter à de nouveaux défis afin d'accroitre mes connaissances dans ce domaine. Grand amateur de coups de gueules, de bonnes bouffes, et de soirées entre amis.
articles sur les mêmes thématiques
Commentaires

2 réponses

  1. C’est vrai que pendant longtemps, les avions s’accommodaient mal de leur longue verrière. C’est du moins l’impression que donne les mirages III et Dans une moindre mesure, les F1.
    Les Rafales et autres Hornets y gagnent considérablement.

  2. Les CF-188 Hornet et CF-188B qui furent livrés partir de 1982 se distinguent de toutes les autres versions des Hornets. Ils disposent d’un phare de police situé sur sous le cockpit du côté bâbord. https://faq-fra.aviatechno.net/guide/f18.php
    A ma connaissance ils sont les seuls aéronefs à voilure fixe à posséder cet équipement en 2010.
    Et un gros merci d’un lecteur canadien!

Sondage

Lequel de ces avions symbolise le mieux pour vous le 90ème anniversaire de l'Armée de l'Air et de l'Espace ?

Voir les résultats

Chargement ... Chargement ...
Dernier appareil publié

Blériot XI

Tout comme le chemin de fer avant elle ou l’automobile à la même époque l’aviation a su marquer son temps, d’abord au siècle dernier puis

Lire la suite...