Les rumeurs d’annulation pure et simple des Jeux Olympiques de Tokyo 2020 sont devenues très insistantes. Pour autant en coulisses les militaires japonais affirment que comme l’an dernier ils sont fins prêts à sécuriser l’évènement planétaire le plus important. Leurs effectifs se sont entraînés à contrer n’importe quelle menace terroriste, grâce notamment à leurs aéronefs. Une centaine d’avions, d’hélicoptères, et de drones seraient spécialement affecté à la protection de la capitale japonaise et de son environnement sportif.

Même si c’est le péril sanitaire du coronavirus Covid19 qui met le plus en danger aujourd’hui l’organisation de ces J.O. de Tokyo 2020 déjà reportés d’un an la menace terroriste ne doit pas être écartée. La présence de pays comme la Belgique, les États-Unis, la France, ou encore le Royaume-Uni au travers de délégations sportives rend le risque djihadiste très palpable. Et depuis maintenant cinq ans militaires et policiers japonais s’entraînent à réagir conjointement à toute attaque de terroristes, notamment islamistes. Les dangers des forces d’extrême-gauche et d’extrême-droite sont également pris très au sérieux par autorités nippones.

Des équipages d’hélicoptères d’assaut Kawasaki CH-47JA Chinook et Mitsubishi UH-60JA Blackhawk des Kōkū Jieitai et Rikujō Jieitai, c’est à dire les forces aériennes et terrestres japonaises, se sont formés à intervenir en agglomération. Quand on sait que Tokyo est sans doute l’aire métropolitaine la plus densément urbanisée de la planète on se doute qu’ils ont du se faire quelques frayeurs. Les médias japonais annoncent que désormais leurs hélicoptères sont capables de littéralement slalomer entre les grattes-ciels de la capitale. Espérons qu’on n’aura jamais à le vérifier.

En accord avec les services de sécurité du comité international olympique les forces nippones ont convenu que si la situation l’exigeait des hélicoptères armés Kawasaki OH-1A Ninja et même à l’extrême McDonnell-Douglas AH-64DJ Apache pourraient être appelés à intervenir sur le site olympique.

Plus haut dans le ciel durant toute la manifestation sportive un AWACS surveillerait les abords lointain de la capitale japonaise. Il s’agira bien sûr d’un des quatre Boeing E-767 disponibles aujourd’hui. De son poste de commandement aéroporté des chasseurs Mitsubishi F-2A ou F-15J pourraient également être déployés afin d’intercepter tout aéronef jugé hostile vis à vis des Jeux Olympiques. Afin d’intercepter les aéronefs plus lents comme les avions de tourisme ou les hélicoptères le Japon fera appel là encore à des AH-64DJ Apache.

S’entraîner, se préparer, pour au final ne pas avoir à intervenir. C’est la règle de la sécurité en zone olympique.

Reste donc désormais à savoir si les Jeux Olympiques de Tokyo 2020 seront maintenus à la fin de l’été 2021. Des rumeurs annoncent une annulation au profit d’une olympiade dans la même ville en… 2032. D’ici là il faudra sans doute revoir les procédures de sécurité.

Photos © ministère japonais de la défense.

Publicité

5 COMMENTAIRES

  1. Digression, mais le Kawasaki OH-1A Ninja m’a complètement échappé, pourtant je mène une veille active du monde aéronautique ! Je viens de découvrir l’existence de cet hélicoptère nippon, il a une bonne tête, on pourrait ‘l’imaginer dans un film de Miyazaki qui se passera dans une époque contemporaine …. C’est tout, merci pour la qualité de ce site aéro!

      • Absolument, et je me suis empressé de cliquer sur le lien, de lire la fiche afin d’assouvir ma curiosités ! Donc c’est pour l’instant tout ce que je sais sur cet hélicoptère, et c’est déjà beaucoup!

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom