Il s’agit d’une nouvelle réponse aux menaces de la Russie sur la Mer Noire et ses environs. Ce lundi 25 janvier 2021 six avions de combat multi-rôles Eurofighter EF-2000 Typhoon appartenant à l’Ejército del Aire ont rejoint la Roumanie. Ils étaient accompagnés d’un avion-cargo Airbus DS A400M Atlas qui leur a également servi de ravitailleur en vol. Les biréacteurs espagnols doivent y demeurer jusqu’à la fin mars afin d’assister la Fortele Aeriene Romane.

Même si c’est la première fois que des avions de combat frappés de la cocarde bicolore espagnols viennent en mission en Roumanie cela ressemble fortement à quelque chose de déjà connu pour l’Ejército del Aire. L’aviation espagnole est en effet coutumière des affectations au sein de la mission atlantiste Baltic Air Policing, ayant réalisé la dernière entre le printemps et l’été 2020.
Changement cependant cette fois de latitudes puisque les six Eurofighter EF-2000 Typhoon et l’Airbus DS A400M Atlas ont rejoint la base aérienne roumaine Mihail Kogălniceanu.

Airbus DS A400M Atlas aux couleurs espagnoles.

En fait quelques jours auparavant le quadrimoteur à turbopropulseurs avait déjà déposé sur place une partie des 130 femmes et hommes du détachement espagnol ainsi que leur matériel. À la différence des six avions de combat l’Atlas a ensuite repris le chemin du territoire espagnol. Lui n’est pas détaché, il ne faisait que soutenir et accompagner.

Au cours des deux prochains mois donc les six avions de combat et les 130 militaires espagnols vont vivre au rythme des décollages et atterrissages pour exercices avec la Fortele Aeriene Romane et les forces aériennes alliées de la région. Pour autant deux Typhoon seront en permanence en alerte avec pilotes brêlés à bord et armement bon de guerre. Ils auront pour mission de décoller si la situation l’exige. Dans le collimateur de l’OTAN on retrouve évidemment l’aviation militaire russe qui a tendance à se croire tout permis dans la région. Pour Moscou la Mer Noire est, à l’instar de la Mer des Tchouktches et de la Mer de Berging, une sorte de mare nostrum. Les Russes estiment de plus en plus n’avoir à rendre de compte à personne de ce qu’ils y font. Sauf que trois pays membres de l’alliance Atlantique la bordent : Bulgarie, Roumanie, et Turquie. L’OTAN y est donc tout autant à sa place. D’où la présence des chasseurs espagnols afin de renforcer l’action de leurs collègues roumains.

Configuration de défense aérienne pour ce Typhoon espagnol.

Gageons que d’ici à fin mars les pilotes de l’Ejército del Aire auront quelques occasion de décoller en alerte afin d’aller identifier tel ou tel aéronef au-dessus de ses eaux. Plus que jamais l’Espagne s’impose comme une grandes puissances aériennes européennes de l’OTAN aux côtés de la France, de l’Italie, ou du Royaume-Uni.

Photos © Ejército del Aire.

Publicité