On se doutait que le nouveau Président des États-Unis serait très différent de son prédécesseur ; on en a désormais la certitude. Ce jeudi 4 février 2021 Joe Biden a officiellement annoncé que l’Amérique ne soutiendrait plus la guerre menée au Yémen par l’Arabie-Saoudite et ses alliés. En conséquence de quoi elle place le pays sous un embargo militaire qui s’il n’en porte pas le nom a en toutes les caractéristiques. Avions, hélicoptères, et munitions ne seront donc plus livrés tant que le conflit se poursuivra.

Depuis avril 2015 l’Arabie-Saoudite mène une série d’actions offensives contre la rébellion houtie dans l’ouest yéménite. Elle est soutenue par Bahreïn, les Émirats Arabes Unis, l’Égypte et le Soudan. Jusqu’en 2019 le Maroc y participait mais il s’en est retiré, principalement pour des raisons diplomatiques après y avoir perdu un avion de chasse et son pilote. Sous la précédente administration américaine la CIA et le Pentagone apportaient une aide substantielle aux cinq pays de la coalition arabe en leur fournissant armement, renseignement, et déploiement de forces spéciales. C’est donc désormais terminé.

Or donc sous l’administration Trump les États-Unis livraient tous azimuts des armements aux forces saoudiennes, et notamment en terme d’aéronefs. Des hélicoptères de combat McDonnell-Douglas AH-64D Apache Longbow sont d’ailleurs en cours de modernisation chez Boeing. Ils sont concernés par le gel des livraisons. Surtout en fait c’est l’armement qui va très vite faire défaut aux Saoudiens. Bombes guidées ou lisses, missiles de croisière, et autres roquettes en paniers étaient en effet jusque là fournis à la demande.

Au passage si besoin s’en faisait ressentir un drone General Atomics MQ-9 Reaper ou MQ-1C Grey Eagle américain pouvait tirer ça et là ses bombes GBU-12 ou ses missiles AGM-114 Hellfire. Là aussi c’est fini.
Pour autant le secrétaire à la défense Lloyd Austin a insisté sur le fait que les États-Unis poursuivraient leur traque dans la région des responsables militaires et politiques d’Al-Qaïda et de Daech. Du renseignement suivi de frappes menés par drones, mais uniquement désormais au profit strict de l’Amérique ou de ses alliés directs.

Pour autant la décision présidentielle américaine ne concerne pas les missiles air-air et les batteries de DCA qui ne sont pas employés dans la guerre au Yémen. Biden ne veut pas totalement se priver d’un allié régional certes encombrant mais un minimum utile.
Désormais donc la balle est dans le camp des Saoudiens. Cette guerre va t-elle durer encore longtemps ? On le saura sans doute très très vite.

Photo © Keypublishing.

 

Publicité

1 COMMENTAIRE

  1. Si je comprend bien; le nouveau Président veut faire cesser cette guerre inutile. Donc, il est possible qu’une entente est possible des Saoudiens avec cette rébellion houti…..Pour autant que les motifs soient bien compris entre le Yemen et cette rébellion…………

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom