L’US Navy déploie les grands moyens pour surveiller cette route commerciale stratégique au Moyen-Orient. Trois navires de guerre américains dont le porte-aéronefs USS Makin Island ont rejoint la Mer d’Arabie et se sont positionnés à proximité immédiate du détroit d’Ormuz. Les chasseurs multi-rôles Lockheed-Martin F-35B Lightning II embarqués à son bord représente un outil de premier choix pour assurer le contrôle de la zone. En outre 2500 fantassins du corps des Marines sont répartis à bord ces bâtiments.

Le F-35B Lightning II est un avion parfaitement adapté à cette région du globe.

En fait le porte-aéronefs USS Makin Island, et les bâtiments de soutien aux opérations amphibies USS San Diego et USS Somerset n’étaient pas bien loin. En effet jusque là ils participaient à l’opération Octave Quartz visant à l’évacuation massive de forces américaines présentes en Somalie.
Désormais donc les six F-35B Lightning II, les douze MV-22B Osprey, les trois MH-53E Super Stallion, les trois UH-1Y Venom, les quatre AH-1Z Viper, et les deux MH-60R Seahawk présents à bord du porte-aéronefs assurent la protection de cette route maritime majeure. La crainte numéro 1 pour les Américains et leurs alliés est le piratage des navires transportant gaz et/ou pétrole.

Or dans la région le piratage des navires de commerce n’est pas le seul fait de malfaiteurs lambdas. Des groupes djihadistes arraisonnent également ces bâtiments kidnappant les équipages et réclamant des rançons. Ils peuvent ainsi financer leurs actions terroristes.
Parfois il arrive également que des navires soient interceptés sans raison valable par les gardes-côtes iraniens. Tout ce petit monde va donc désormais devoir compter sur les trois navires américains et leurs aéronefs. Les deux bâtiments de soutien embarquent quant à eux des hélicoptères lourds ou des convertiplanes, à hauteur à chaque fois de deux machines.

L’USS Somerset et l’USS San Diego naviguant de conserve.

Au Pentagone on insiste cependant sur le fait que ni l’USS Makin Island ni ses navires d’accompagnement ne viennent reprendre la mission de pression contre l’Iran menée jusque là par le porte-avions USS Nimitz. Les forces aéronavales américains vont d’ailleurs travailler aux côtés de leurs alliés européens fréquemment présents dans la région, à l’image de la France ou du Royaume-Uni.

Photos © US Navy.

Publicité

LAISSER UN COMMENTAIRE

Merci d'écrire votre commentaire !
Merci de renseigner votre nom