Normalement en France le mercredi c’est le jour de sortie des films au cinéma ; oui enfin ça c’était dans le monde d’avant. Un peu partout sur la planète les salles de cinéma sont fermées car les responsables des différents pays pensent qu’il est plus dangereux pour nous de nous y rendre que de prendre l’avion ou le métro. Résultat les cinéphiles, et particulièrement sur notre site les passionnés d’aviation, doivent encore patienter pour voir les longs-métrages qu’ils désirent. Objectivement ça commence vraiment à faire long.

Car oui le Covid19 est toujours omniprésent, oui les variants sont très dangereux. Tout cela évidemment nous ne le contestons pas, ce serait irresponsable et totalement stupide. Mais il faut avouer que l’idée même de se voir interdit de salles obscures parce que selon les spécialistes en santé publique la propagation du coronavirus serait plus forte dans un cinéma que dans les transports en commun laisse pantois. Qu’ils viennent donc faire un tour par la ligne 13 du métro parisien ou par le RER B aux heures de pointes. La distanciation sociale y est réduite comme peau de chagrin.
Alors que dans des salles obscures elle peut parfaitement être imposée par les exploitants comme cela fut le cas au cours de l’été 2020. C’est comme ça que j’ai pu voir le film Tenet.

Ainsi nous autres passionnés d’aviation pourrions découvrir les nouvelles aventures du pilote de chasse américain Pete Maverick Mitchell. Le film «Top Gun : Maverick» est très attendu par nombre de nos lectrices et lecteurs. Notre soif de cinéma, notre faim de culture en général, ne s’arrête pas là. Certes tous les blockbusters sont concernés. Que ce soit «Mourir peut attendre», dernier épisode de la saga James Bond avec l’acteur Daniel Craig dans le rôle titre, ou encore «Godzilla vs Kong» dans lequel la grosse bébête antédiluvienne va affronter le plus célèbre gorille géant, voire même «SOS Fantôme : L’héritage» dans lequel les célèbres casseurs de revenants font leur come-back. Le cinéma d’auteur l’est lui-aussi, bien moins médiatisé. Au travers d’œuvres comme «BAC Nord» du réalisateur Cédric Jimenez qui dépeint le quotidien de policiers dans des cités marseillaises, «Innocence» drame social du réalisateur sud-coréen Park Sang-Hyeon, ou encore «Mort sur le Nil» tiré du classique de la littérature policière d’Agatha Christie et adapté par l’acteur-réalisateur britannique Kenneth Branagh.
Au même titre que «Top Gun : Maverick» l’est pour les aérophiles un film français est très attendu aussi car repoussé depuis des mois : «Kaamelott : Premier Volet». L’adaptation cinématographique de la cultissime série télé d’Alexandre Astier sur la légende arthurienne et la quête du Graal devrait être un des films majeurs de l’été 2021.
Enfin si les salles auront réouvert leurs portes.

Illustration © IMDB.

Publicité

8 COMMENTAIRES

  1. ça m’embête de ne pas pouvoir aller au cinémas, cette pandémie nous fait patienter pour bien d’autre films que j’attends aussi beaucoup.
    Mais quand je lis ça:
    *un peu partout sur la planète les salles de cinéma sont fermées car les responsables des différents pays pensent qu’il est plus dangereux pour nous de nous y rendre que de prendre l’avion ou le métro. »
    Je me dit: Ne prenons pas nos dirigeants pour plus cons qu’ils ne le sont d’autant plus que cela leur donne une raison de nous prendre pour des cons à leur tour. Et ne soyons de mauvaise fois.: ils ne pensent pas que aller au cinémas est plus dangereux que prendre le métro, ils pensent que c’est moins utile, Grande nuance.
    Car si bloquer les cinémas et sortie culturelles bloque toute cette partie de l’économie, bloquer les transports en communs bloque à peut près toute l’économie.
    Vous faites le raisonnement à l’envers: pour nos dirigeant, ce n’est pas une question de dangerosité mais d’importance, considérant les transports en commun comme indispensable, pas la culture, car ils considère l’économie comme prioritaire.

    • ‘En même temps’ les cinémas font aussi partie de l’économie, et l’espace disponible n’a rien de commun avec les transports vous avez dû remaquer notamment la hauteur sous plafond j’imagine.
      Autre point le virus se diffuse le plus en parlant ou chantant, et au cinéma….
      Quant à nos dirigeants, dernier épisode le 11 Mars « Le ministre de la Santé Olivier Véran a exclu, lors de son point hebdomadaire, toute suspension de l’utilisation du vaccin AstraZeneca »
      Le 15 mars le vaccin est suspendu !
      J’arrête là le hors sujet 😉

  2. Arnaud,
    Les transports publiques sont indispensables à l’activité économique, les salles obscures, non ! Il n’y a pas de débat, surtout actuellement au regard de la diffusion du virus en région parisienne.
    Alors on fait le dos rond, surtout quand on est en bonne santé, et on patiente gentillement, et ce d’autant plus, qu’il est toujours possible de voir certains nouveaux films en ligne…
    Bonne soirée,

    • Donc on laisse mourir de faim tous les intermittents du spectacle Rafaletiger ? Ces femmes et hommes qui bossent dans le cinéma et le théâtre, dans le spectacle vivant. C’est marrant je vous ai connu plus humaniste. Dommage. Bonne journée.

      • Donc, pour ne pas les laisser mourir de faim, on accepte de continuer à protéger le virus ! (Et tuer tout court plus)
        J’avoue que j’ai du mal avec le raisonnement.

      • Arnaud,
        Je ne voulais pas polémiquer sur ce sujet délicat car justement il me concerne, et ce n’est pas du tout le reflet et le sens de mon intervention. Evidemment, les personnes en relation avec ces activités souffrent à des degrés divers de cette situation exceptionnelle, et il appartient à nos gouvernants d’apporter des solutions temporaires (chômage partiel, aides publiques….), même si leur efficacité ne remplacera pas une « réelle » activité.
        Mais mon mon propos, comme celui d’autres intervenants concernait uniquement cette nuance entre « l’indispensable » et le « non essentiel ». Et aujourd’hui , nous ne pouvons plus nous permettre de tergiverser sur ce point, car non seulement c’est l’activité économique globale française qui est en jeu, mais évidemment et surtout la santé des français, et là on ne transige plus.
        Je souhaitais juste apporter cette nouvelle précision pour éviter toute étonnement ou incompréhension de ta part,
        Bonne journée Arnaud,

  3. J’en ai marre de cette comparaison entre les transports en commun d’un côté et les théâtres, cinéma de l’autre. Il faut faire la différence entre l’indispensable et le non essentiel. Beaucoup en ville n’ont que ça pour se déplacer. Alors d’accord, on régule le nombre de voyageurs, pas plus de 10 personnes par rame de métro/tram/bus, et il faudra se lever à 3h du matin pour espérer prendre son transport à 7h ou alors on interdit simplement tout les transports en commun le temps de la pandémie. Et là se sont des millions d’usagers qui seront vent debout, écoliers, étudiants, comme travailleurs, écolos et riverains qui feront la tronche car le nombre de voitures en ville sera démultiplié avec les inconvénients que cela incombe, accidents, nuisances sonores, embouteillages, stationnement gênant… Le vélo ? C’est bien pour celui qui habite à moins de 10 km de son lieu de travail et ce n’est pas tout le monde qui est capable d’en faire et en toute sécurité. C’est comme pour le vaccin, devant la méfiance de la population, les politiques voulaient donner l’exemple, mais une fois vacciné on leur reprochés d’être des privilégiés et de passer avant les autres. Bref il y a toujours une manière pour casser du sucre sur le dos de quelqu’un. Les gens ne sont jamais content. Détendez vous, il y a plus grave dans la vie qu’un cinéma fermé.

  4. Cela m’a permit de découvrir des pépites du cinéma Anglais d’après guerre sur la RAF sur la chaîne satellite cine+ classic.

Comments are closed.